Le vol spatial du malheureux atterrisseur lunaire américain se poursuit… pour l'instant

Même si Astrobotic, la société qui a fabriqué le robot Peregrine, a déclaré qu'un atterrissage contrôlé sur la Lune n'était plus possible, elle n'a pas exclu ce qu'on appelle un « atterrissage dur » ou une collision, une possibilité qui a intrigué les observateurs de l'espace. Photo:-/astrobotique/AFP/Fichier
Source : Agence France-Presse

Est-ce le petit vaisseau spatial qui peut faire ça ?

Un atterrisseur lunaire américain privé, qui perd du carburant depuis une explosion à bord au début de son voyage, est toujours en mouvement, prenant des selfies et faisant fonctionner des instruments scientifiques tout en poursuivant son voyage dans l'espace.

Même si Astrobotic, la société qui a fabriqué le robot Peregrine, a déclaré qu'un atterrissage contrôlé sur la Lune n'était plus possible, elle n'a pas exclu ce qu'on appelle un « atterrissage dur » ou une collision – une possibilité qui a intrigué les observateurs de l'espace.

« Peregrine est maintenant dans l'espace depuis plus de 4 jours », a déclaré Astrobotic dans sa dernière mise à jour publiée sur X vendredi, ajoutant qu'il reste « stable et opérationnel ».

Le taux de perte de carburant a régulièrement diminué à mesure que la pression à l'intérieur de son réservoir diminuait, ce qui signifie que l'entreprise a pu prolonger la durée de vie du vaisseau spatial beaucoup plus longtemps qu'elle ne le pensait initialement.

Lire aussi

Au CES, des gadgets qui facilitent le quotidien

Pendant ce temps, les agences spatiales américaine, allemande et mexicaine ont pu faire fonctionner les instruments scientifiques qu’elles souhaitaient faire fonctionner sur la Lune.

« Les mesures et opérations des instruments scientifiques embarqués de la NASA fourniront une expérience, des connaissances techniques et des données scientifiques précieuses pour les futures livraisons lunaires CLPS », a déclaré Joel Kearns, administrateur associé adjoint de la NASA pour l'exploration.

Commercial Lunar Payload Services est le programme expérimental de la NASA dans le cadre duquel l'agence spatiale a payé à Astrobotic plus de 100 millions de dollars pour expédier son instrument Peregrine, dans le cadre d'une stratégie visant à lancer une économie lunaire commerciale et à réduire ses propres frais généraux.

READ  L'Union africaine devrait sérieusement examiner si la RASD a sa place dans ses plans de développement

Astrobotic est la troisième entité privée à échouer dans l’atterrissage en douceur, après une organisation à but non lucratif israélienne et une entreprise japonaise.

« Tir au but »

Bien que cela n'ait pas fonctionné cette fois, les responsables de la NASA ont expliqué que leur stratégie consistant à « plus de tirs au but » signifiait plus d'occasions de marquer, et la prochaine tentative, menée par Intuitive Machines, basée à Houston, sera lancée en février.

Lire aussi

La santé des femmes est peu mise en avant au CES

Astrobotic lui-même recevra une autre chance en novembre avec l'atterrisseur Griffin emmenant le rover VIPER de la NASA au pôle sud lunaire.

Pour l'instant, la société basée à Pittsburgh garde le silence sur la destination prévue de Peregrine, laissant les passionnés faire leurs propres calculs.

L'astronome amateur Tony Dunn a utilisé des données accessibles au public fournies par le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA pour tracer la trajectoire actuelle du vaisseau spatial, publiant un graphique sur la plateforme de médias sociaux X montrant qu'il entrera en collision avec la Lune le 23 janvier.

Mais il a déclaré à l'AFP que « personne ne peut deviner ce qui se passera réellement en raison d'une fuite de carburant », ce qui pourrait facilement le faire dévier de sa trajectoire.

Ou bien, Astrobotic pourrait intentionnellement diriger Peregrine d'une autre manière, par exemple en volant près de la Lune et en tirant dans l'espace interplanétaire.

Même si un atterrissage brutal sur la Lune pourrait plaire à certains clients d'Astrobotic, comme ceux qui transportent des cendres humaines et de l'ADN vers la Lune, cela pourrait en irriter d'autres, comme la nation Navajo, qui a qualifié l'envoi de « profanation » du corps céleste.

READ  La finance islamique saoudienne approche les 800 milliards de dollars et le royaume se classe au premier rang mondial : un responsable de l'Agence monétaire saoudienne

Lire aussi

La folie des vélos électriques bat son plein au CES Gadget Festival

« Je pense qu'il serait dommage qu'ils terminent leur mission ratée en dispersant des débris sur la surface de la Lune », a déclaré à l'AFP Justin Walsh, professeur d'histoire de l'art, d'archéologie et d'études spatiales à l'Université de Californie du Sud, ajoutant que l'humanité a laissé quelques débris derrière lui. 180 tonnes de matériaux ont été retrouvées à la surface depuis le crash du premier rover soviétique en 1959.

Source : Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *