Le Zimbabwe rate le plan de relance du G7

Le Zimbabwe a raté un plan de relance de plusieurs milliards de dollars soutenu par le G7, conçu pour aider les pays du Sud à surmonter les chocs économiques causés par la pandémie de COVID-19.

Le ministre des Finances, Mthuli Ncube, a déclaré que la raison de l’exclusion du pays était le non-paiement des arriérés aux institutions financières internationales.

La pandémie de COVID-19 a provoqué une crise économique sans précédent dans le monde, avec des conséquences sociales désastreuses. Après 25 ans de croissance continue, l’Afrique a été durement touchée et est entrée en récession en 2020.

Bien qu’elle ait reçu des provisions basées sur des quotas de près d’un milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) l’année dernière, Harare n’était pas éligible pour recevoir un soutien financier supplémentaire après que l’encours de sa dette ait explosé au fil des ans. Le pays a fait défaut sur ses arriérés au tournant du millénaire, ce qui a entraîné un manque de financement à long terme de la part de prêteurs multilatéraux tels que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Banque africaine de développement.

Comme l’a rapporté pour la première fois NewsHawks l’année dernière, les économies avancées du monde ont distribué une partie des droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international pour soutenir les pays en développement qui souffrent actuellement de l’impact de Covid-19.

« Le Zimbabwe ne peut pas répondre de manière adéquate à la pandémie de COVID-19 d’une manière qui protège les personnes vulnérables et s’attaque aux inégalités sans arriérés, allégement de la dette et restructuration », a déclaré Ncube à NewsHawks dans les derniers arriérés, l’allégement de la dette et la stratégie de restructuration mise à profit.

READ  Libyan Haftar et l'envoyé de l'ONU discutent des moyens d'accélérer le processus de paix

« Le pays a déjà été exclu des réponses à la pandémie de Covid-19 par les institutions financières internationales, le G7 et le G20, y compris l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) et le Cadre conjoint du G20. La crise de la dette est bien placée pour atteindre ses objectifs de développement dans Vision 2030 et NDS [National Development Strategy]. « 

La DSSI vise à suspendre les paiements de la dette des pays les plus pauvres aux créanciers bilatéraux officiels en fonction des demandes de tolérance des pays, dans le but de fournir des liquidités immédiates pour relever les défis posés par le Covid-19.

Le Groupe des Sept est un groupe informel de sept des économies avancées du monde. Le G20 joue un rôle stratégique pour assurer la croissance économique mondiale et la prospérité future. Ensemble, les membres du G20 représentent plus de 80 % du PIB mondial, 75 % du commerce international et 60 % de la population mondiale.

En mai 2021, la France a accueilli le Sommet de Paris pour soutenir les économies africaines après que la pandémie de Covid-19 a provoqué des chocs économiques sur le continent. Paris a pris les devants et s’est fermement engagé à faire pression sur les économies avancées pour qu’elles distribuent une partie des DTS aux économies les plus faibles.

L’annonce du document vu par The NewsHawks montre que le Zimbabwe, qui a cruellement besoin de financement pour stabiliser son économie, s’est manifesté par son absence au sommet de Paris des nations francophones, saxophones et lusophones en juin 2021.

READ  Les ventes au détail ont chuté en juillet, soulignant la reprise économique volatile

Les pays qui ont adopté la déclaration sont : l’Algérie, l’Angola, la Belgique, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Canada, la Chine, les Comores (un allié chinois qui équilibre l’influence russe et indienne dans l’océan Indien), le Congo, la République démocratique du Congo et Côte d’Ivoire. , Egypte, Ethiopie, France, Allemagne, Ghana, Italie, Japon, Kenya, Mali, Maurice, Mauritanie, Maroc, Mozambique, Pays-Bas, Niger, Nigeria, Portugal, Rwanda, Arabie Saoudite, Sénégal, Espagne, Afrique du Sud, Soudan, Tanzanie , Tchad, Togo, Tunisie, Émirats arabes unis, Royaume-Uni, États-Unis, Zambie.

Ont également participé au sommet le président de l’Union africaine, le président de la Commission de l’Union africaine, le président du Conseil européen et le président de la Commission européenne.

Selon la Banque mondiale, malgré l’amélioration de la gestion financière du gouvernement central en 2019, d’importants engagements conditionnels, ainsi qu’un lourd fardeau de la dette et un accès limité au financement concessionnel, continuent de limiter la capacité du pays à rembourser les arriérés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *