L’effondrement des exportations de pétrole nuit à l’économie

Rabat – L’Algérie connaît une baisse de ses exportations de pétrole malgré de nouvelles hausses des prix mondiaux du pétrole dans un contexte de demande croissante alors que l’économie mondiale se rétablit. L’indépendance économique de l’Algérie dépend depuis longtemps de ses importantes réserves de gaz naturel et de pétrole.

Ce garant des revenus de l’Etat commence à s’évaporer, non pas d’une extraction excessive mais plutôt de la persistance de l’instabilité locale et des crises qui sont devenues la norme pour l’Algérie ces dernières années.

Les Algériens sont à nouveau confrontés à un palais présidentiel vide, ce qui soulève des comparaisons inconfortables avec l’état du pays dans les dernières années du régime de Bouteflika.

Les citoyens sont à nouveau invités à faire confiance à un président quasi-fort qu’ils ne voient que sur des photos et sur des affiches.

Le président Abdelmadjid Tebboune était déjà perçu comme une extension de l’armée, une perception exacerbée par sa lente reprise en Allemagne alors que la reprise de l’Algérie semble s’être figée jusqu’à son retour.

Diminution des exportations de pétrole

Il est facile de remarquer la dépendance de l’Algérie à l’égard de son industrie pétrolière. Bien que le pays soit membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), il n’est pas membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Dans un effort pour rester indépendante des diktats internationaux de la libéralisation commerciale et économique, l’Algérie a naturellement peur des institutions financières internationales telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international.

Cependant, après que le pays ait été pris au milieu de crises simultanées, il ne pouvait plus compter dessus Recettes pétrolières Pour satisfaire les critiques nationaux et internationaux, avec peu d’options économiques alternatives disponibles.

READ  Les entreprises publiques endettées en Tunisie se dirigent vers l'effondrement

Tant que l’or noir coulait, l’Algérie était en mesure de fournir un soutien économique à son peuple, atteignant le statut de pays à revenu intermédiaire dans le contexte de ses ressources les plus précieuses.

Mais en 2020, il y a eu un effondrement sans précédent du pétrole à la suite d’une crise économique mondiale tout aussi dévastatrice causée par le coronavirus. L’OPEP a respecté les plafonds de production pétrolière, ce que de nombreux membres ont contourné alors qu’ils tentaient désespérément de combler les écarts budgétaires. Mais en Algérie, l’industrie pétrolière nationale n’a souvent pas atteint les plafonds de production dans un contexte d’instabilité et de crise intérieure.

Économie paralysée

Les prix du pétrole connaissent actuellement de nouveaux sommets, le gaz naturel augmentant en janvier. Cependant, l’Algérie n’a pas été en mesure de profiter de cette reprise car le pays n’a tout simplement pas produit suffisamment d’excédent pour vendre alors que les prix atteignent de nouveaux sommets.

Des années de faible production de pétrole ont entraîné une baisse constante des réserves de change. L’Algérie dépend des ventes de pétrole et de gaz pour ses dollars. La surdépendance semblait raisonnable il y a des décennies, mais elle menace maintenant le bien-être du pays de manière plus évidente.

Lorsque la ferveur révolutionnaire s’est répandue dans le monde arabe il y a dix ans, l’élite dirigeante algérienne a fourni des milliards de dollars de soutien social et de subventions qui ont effectivement étouffé la dissidence. Mais avec peu d’argent restant dans son quota de citoyens mécontents, l’Algérie traverse actuellement des crises qui rivalisent ou dépassent les niveaux de mécontentement de 2011.

READ  Comment les femmes entrepreneurs vont-elles au lendemain de la pandémie économique?

Avec son président coincé en Allemagne pour recevoir un remède contre le COVID-19, l’Algérie est maintenant confrontée à plusieurs crises entrelacées sans la capacité d’utiliser ses revenus pétroliers pour soulager la douleur. Les Algériens ordinaires ressentent encore quotidiennement cette douleur qui recherchent simplement plus ou de meilleures stabilité et opportunités économiques.

Se réinventer

Face au COVID-19, une crise économique et de leadership et l’émergence actuelle du H5N8 La grippe aviaire Au cœur du pays, l’Algérie est une bataille ardue pour se réinventer économiquement.

Au milieu de cette pile croissante de crises, le pays sera probablement contraint de reconsidérer son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce. Vous devrez peut-être même contacter la Banque mondiale et le Fonds monétaire international pour obtenir des prêts, ce qui nécessite la paix avec le fait qu’ils appelleront à des réformes économiques profondes susceptibles de créer davantage de troubles.

Alors que la situation dans le pays est désastreuse, la réponse de l’élite algérienne ne contribue guère à stimuler la confiance.

Au lieu de rallier le public dans un effort pour diversifier et élargir la production économique du pays, le gouvernement pointe du doigt les aventuriers étrangers pour inciter le public à diriger sa colère contre des menaces étrangères fabriquées, souvent d’origine inconnue.

Cherif Belmihoub, le «ministre de l’Insight» du pays, a présenté son plan de relance économique en janvier et a dû admettre que «l’Algérie n’est plus un pays pétrolier».

Il a indiqué que l’Algérie devait renoncer aux «défauts bureaucratiques» et aux «fonds publics gaspillés».

Balmehob annonceur L’Algérie a cruellement besoin de réformes profondes et structurelles. Il a déclaré: “Nous devons quitter la Banque publique des investisseurs face à face et établir un marché financier et d’autres mécanismes de financement.”

READ  L'économie américaine croîtra probablement entre 5 et 6% en 2021

Le fait que le ministre soit si sincère et direct pour faire la lumière aux Algériens sur la route difficile à parcourir pour leur pays est la meilleure indication que le gouvernement est à court d’options alors que des crises entrelacées se profilent à l’horizon.

Mais la question de savoir si l’élite politique et financière du pays tiendra compte des appels de Belmehoub pour que des réformes indispensables émergent de décennies de «défauts bureaucratiques», est une autre question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *