L’Égypte vise à inscrire cinq à six sociétés d’État avant la fin de l’exercice

Le ministre saoudien des Finances a déclaré que le secteur non pétrolier est en croissance alors que l’économie se remet progressivement de l’épidémie

Le ministre saoudien des Finances Muhammad Al-Jadaan a déclaré jeudi lors de la Conférence sur la stabilité financière que l’économie saoudienne connaît une reprise progressive depuis la mi-2020, ce qui s’est reflété dans les taux de croissance positifs du secteur non pétrolier.

Al-Jadaan a expliqué que la croissance réelle du secteur non pétrolier s’élevait à 8,4% au deuxième trimestre 2021, tirée par le secteur privé, qui a enregistré un taux de croissance de 11,1%.

Il a déclaré que les estimations préliminaires pour le troisième trimestre de cette année montrent que le PIB réel du secteur privé non pétrolier a augmenté de 6,2%. Il a ajouté que cela a conduit à des résultats prometteurs dans la performance des finances publiques.

Al-Jadaan a indiqué que certaines parties de l’économie saoudienne ont également franchi le stade pré-pandémique, notamment en ce qui concerne les niveaux de consommation et d’investissement privé, qui sont désormais bien plus élevés qu’ils ne l’étaient avant l’épidémie de Covid-19.

Il a ajouté que les secteurs liés aux voyages souffrent toujours des effets de l’épidémie.

Les sources de croissance dépendent de la diversification économique.

Faisal Al-Ibrahim, ministre saoudien de l’Économie et de la Planification

S’exprimant également lors de la conférence, le ministre de l’Économie et de la Planification, Faisal Al-Ibrahim, a déclaré que l’Arabie saoudite est désormais confrontée à deux défis : cibler la diversification économique et approfondir les marchés financiers pour soutenir cette diversification.

Il a ajouté : « Nous avons une gouvernance très élevée sur les marchés financiers, qui à son tour n’a pas besoin de plus de profondeur, mais afin de nous préparer à la diversification requise.

READ  COVID et l'économie du travail indépendant - en chiffres

Al-Ibrahim a indiqué qu’au troisième trimestre de cette année, le Royaume a connu une augmentation de 120% des exportations financées par les banques, ce qui a donné à l’Arabie saoudite un coup de pouce des politiques structurelles et financières visant à accroître la diversification économique.

Al-Ibrahim a souligné que les sources de croissance dépendent de la diversification économique, ce qui nécessite de permettre, de relier et d’attirer des investissements du secteur privé vers des secteurs qui ont été en mesure d’exporter des produits et des services hautement compétitifs qui ne dépendent pas de la valeur ajoutée du pétrole.

Concernant l’économie saoudienne, il a indiqué que le Royaume est entré dans une période de reprise économique par rapport à l’année dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *