L'élection présidentielle en Algérie est dominée par les questions intérieures

Alors que l’Algérie se prépare à son élection présidentielle en septembre, elle cherche à consolider son rôle de puissance majeure en Afrique et, à terme, sur la scène mondiale, notamment à l’ONU. Il œuvre pour se positionner comme un acteur clé grâce à son siège au Conseil de sécurité.

En raison des conflits en cours dans les pays voisins d’Afrique du Nord et du Sahel, comme le Niger, le Mali et la Libye, l’Algérie a tenté à plusieurs reprises de jouer le rôle de médiateur entre les parties en conflit dans ces pays.

Le mois dernier, il a été annoncé que des élections présidentielles anticipées auraient lieu le 7 septembre et que la Commission électorale nationale indépendante se réunirait à partir du 8 juin pour commencer les préparatifs officiels.

Dans une interview accordée la semaine dernière aux médias publics, le président Abdelmadjid Debon a rejeté les suggestions d'agenda caché en annonçant une date d'élection anticipée, affirmant que cette décision était strictement « technique ». Il a précisé que septembre marque traditionnellement la période des élections présidentielles dans le pays, notant que le scrutin de 2019 organisé en décembre de cette année-là était une exception en raison des circonstances politiques de l'époque.

Après la démission du défunt président Abdelaziz Bouteflika en 2019 et des mois de manifestations exigeant des réformes qui ont laissé une scène politique instable, la tenue d'élections à la date habituelle de septembre est devenue difficile et a été repoussée à la fin de l'année.

Aucune annonce n’a été faite jusqu’à présent quant à son intention de briguer un second mandat.

READ  Les hommes politiques pro-français de Nouvelle-Calédonie accueillent Marie Quenoux comme nouvelle « ministre déléguée » aux Affaires étrangères

« Ces élections sont un signe de la stabilité de l'Algérie, de ses efforts pour achever la construction de ses institutions et de son acceptation de sa responsabilité en tant qu'acteur régional », a déclaré Ahmed Misab, expert des affaires et de la sécurité algériennes. National.

« Renforcer les capacités de la région et assurer sa résilience face à l'escalade des crises font partie des principales priorités qui devraient occuper le devant de la scène pour tout candidat lors de ces élections. »

Plus de 24 millions d’Algériens éligibles devraient voter dans plus de 58 gouvernorats à travers le pays. Plus de 13 000 bureaux de vote seront utilisés. Lors de ses dernières élections législatives en 2021, l’Algérie a enregistré le taux de participation le plus bas de l’histoire, avec seulement 23 % des électeurs.

Défis

Malgré l'importance géopolitique de l'Algérie dans la région, l'ONU Malgré son ascension en tant qu’acteur international suite à son mandat de membre non permanent du Conseil de sécurité, le pays reste confronté à de nombreux défis nationaux.

Les chiffres officiels font état d'une situation économique difficile, avec une hausse des dépenses publiques et un déficit budgétaire de près de 45 milliards de dollars.

Le Middle East Institute (MEI), un groupe de réflexion basé aux États-Unis, a déclaré que ces défis devraient constituer « une priorité clé pour tout candidat à la présidentielle au cours des prochains mois ».

« La situation financière difficile du trésor public nécessitera inévitablement un dialogue national entre les autorités et les différents acteurs économiques sur la manière de réformer le modèle économique actuel », a indiqué l'IEDM dans une analyse.

READ  La France a fermé son ambassade au Niger cinq mois après le coup d'État

Ces commentaires ne sont pas surprenants puisque les experts ont souligné à plusieurs reprises la rigidité du modèle économique algérien, qui est resté pratiquement inchangé depuis des décennies. L’Algérie continue de dépenser l’argent de son pétrole et de son gaz en subventions et en réglementation du secteur privé.

La question de l’indépendance présente également un défi important.

Depuis leur arrivée au pouvoir en 2019, malgré le mouvement pro-démocratie Hiraq, les Algériens ont été confrontés à des réactions négatives continues de la part d’hommes politiques, de militants et de journalistes qui ont été soumis à un examen minutieux de leurs positions personnelles à l’égard du régime actuel.

Malgré ces difficultés intérieures, les Algériens estiment que leurs options sont limitées lors des élections de septembre. Selon l'IEDM, cela s'explique principalement par le fait que « tous les côtés de l'opposition manquent de recul et sont incapables d'offrir une alternative à l'administration actuelle ».

Mise à jour : 02 avril 2024, 11h33

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *