L’équipe canadienne de rugby féminin affrontera la France pour la médaille de bronze à la Coupe du monde

L’entraîneur Kevin Rudd connaît le défi qui attend le Canada lors du match pour la médaille de bronze de vendredi à la Coupe du monde de rugby en Nouvelle-Zélande.

Rouet, 35 ans, est français, bien qu’il habite maintenant la ville de Québec. Avant la Coupe du monde, il a entraîné pendant cinq mois une équipe du club bordelais.

« Je connais toutes ces filles françaises », a-t-il déclaré. « Je connais le style de jeu en France. Cela peut être un avantage pour nous, je peux le dire. Et puis certains [Canadian] Les femmes jouent aussi en France. »

« Je suis français, bien sûr », a-t-il dit en riant. « Mais j’entraîne le Canada et je veux gagner, je n’y pense pas trop [France versus Canada]. »

Rudd a déménagé au Québec il y a 12 ans, obtenant une maîtrise en gestion de projet de l’Université du Québec à Rimouski. Au départ, il avait prévu d’étudier au Québec pendant deux ans, mais après avoir obtenu un emploi de chargé de projet chez Ganam Engineering, il a fini par travailler dans la construction de ponts.

Environ cinq ans après le début de son travail, il a démissionné pour se concentrer sur le rugby.

L’Angleterre, la mieux classée, affrontera la Nouvelle-Zélande, n ° 2, en finale, qui sera suivie du match du Canada à Eden Park à Auckland. Les Red Roses ont remporté 30 matchs consécutifs depuis leur défaite 28-13 face aux Black Ferns dans la Women’s Rugby Super Series.

Pendant ce temps, le Canada et la France viennent tous les deux de subir des défaites en demi-finale.

READ  L'Algérie rappelle son ambassadeur en France | Horaires de Canberra

Le Canada a battu l’Angleterre le week-end dernier 26-19.

« Je croyais vraiment que nous méritions plus que ça », a déclaré Rudd. « Mais c’est un match de rugby et il faut le gagner. Nous ne l’avons pas fait. Je suis toujours déçu. »

L’entraîneur-chef du Canada, Kevin Routh, a lui-même joué au rugby français. La France a perdu 25-24 contre la Nouvelle-Zélande et s’est vu refuser une victoire en demi-finale lorsqu’un penalty de dernière minute a dévié. (HO-Rugby Canada-Chad Hipolito/La Presse canadienne)

Les Français ont perdu 25-24 contre la Nouvelle-Zélande, leur refusant une victoire en demi-finale lorsqu’un penalty de dernière minute a dérivé juste à côté.

Comparé à des pays comme l’Angleterre, la France et la Nouvelle-Zélande, le programme amateur féminin du Canada a fait tourner les têtes de la compétition grâce à son puissant moteur et son revers insaisissable. Maintenant, il espère transformer cette admiration en médaille.

Bien que la France mène la série historique 8-7-0, les Canadiens ont remporté les quatre dernières rencontres. Le Canada a battu la France 36-19 lors de sa dernière rencontre dans la Super Série 2019.

« C’est un français très différent [side]. Ils sont meilleurs dans le jeu des coups de pied, meilleurs qu’ils ne l’ont jamais été », a déclaré Root. « Ils ont une défense plus forte maintenant, beaucoup plus forte. »

La France n’a pas concédé le moindre point dans les 20 premières minutes de ses 5 premiers matchs. Et le verrou français Madoso n’a raté qu’un seul des 70 plaqués à l’automne.

Les deux équipes ont l’histoire de la Coupe du monde. La France a battu le Canada lors du match pour la troisième place en 2002 à Barcelone (41-7) et en 2006 à Edmonton (17-8).

Le Canada n’a jamais remporté de médaille de bronze dans ce tournoi, perdant la troisième place (31-15) face à l’Angleterre en 1998. En revanche, la France a terminé troisième sur six du tournoi.

La meilleure performance du Canada a été une défaite de 21-9 contre l’Angleterre en finale en 2014. Les Canadiens étaient les derniers en Irlande pour la cinquième fois en 2017.

Root a apporté deux changements à son équipe le jour du match, avec Sara Svoboda faisant partie du terrain pour Fabiola Fortessa, qui a rejoint le banc. Emma Taylor remplace Njalula Fuamba.

« Nous avons pensé que la formation pourrait bénéficier d’une nouvelle énergie à ce stade de la compétition et Sarah et Emma sont bien formées pour saisir cette opportunité », a déclaré Rudd.

L’arrière Eliza Alary, à sa troisième Coupe du monde, a obtenu sa 47e sélection lors de son dernier match pour le Canada. Le joueur de 36 ans de Trois-Rivières, au Québec, a également joué pour l’équipe canadienne de R7 à Tokyo et a été limité à son temps de jeu en raison d’une blessure au genou avant Rio 2016.

La vétéran Tyson Buickboom passera à la deuxième place sur la liste des 15 sélections féminines de tous les temps du Canada si elle fait sa 56e apparition dans l’équipe nationale. Gillian Florence, qui a pris sa retraite en 2010, est en tête de liste avec 67 sélections canadiennes.

La prop Olivia DeMerchant a obtenu sa 54e sélection, dépassant ses sœurs Laura et Kelly Russell pour se hisser à la quatrième place du livre des records féminin canadien. Kelly a pris sa retraite alors que Laura a raté cette Coupe du monde à cause d’une blessure.

L’entraîneur français Thomas Durragh a effectué un changement lors de son 15e départ, Asia Galfaoui étant sur le point de faire son troisième départ en test. Cinq médaillés de bronze ont participé au tournoi français de la 23e journée 2017.

Une victoire des Canadiennes et une défaite contre la Nouvelle-Zélande les feraient passer au deuxième rang du classement mondial. Le Canada n’a pas été classé deuxième depuis novembre 2016.

Mais une victoire de la France les placerait au-dessus du Canada à la troisième place et une victoire des Bleus et une défaite contre la Nouvelle-Zélande les ferait passer à la deuxième place, avec une marge de plus de 15 points.

L’arbitre anglaise Sarah Cox officiera le match pour la troisième place avec l’Irlandaise Joy Neville et la Néo-zélandaise Lauren Jenner comme arbitres assistantes et l’Anglais Ian Tempest comme officiel du match télévisé.

Liste canadienne

  • Olivia DeMerchant, Mapledale, N.-B.
  • Emily Tutosi, Souris, Man.
  • DaLeaka Menin, Vulcan, Alb.
  • Courtney Holtcomb, Rimbey, Alb.
  • King City, Ont.
  • Sarah Svoboda, Belleville, Ont.
  • Karen Paquin, Québec
  • Sophie de Gote (capitaine), Victoria
  • Justin Pelletier, Rivière-du-Loup, Qué.
  • Alexandra Tessier, Sainte-Clotilde-de-Horton, Qué.
  • Paige Farris, Red Deer, Alb.
  • Sarah Kaljuwee, Ajax, Ont.
  • Alisha Corrigan, Charlottetown, Î.-P.-É.
  • Maddie Grant, Cornwall, Ont.
  • Eliza Alary, Trois-Rivières, Qué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.