Les Algériens reprochent au président d'avoir convoqué des élections anticipées sans annoncer sa propre campagne

Avec peu de candidats d’opposition potentiels capables de relever un défi sérieux, le président Abdelmadjid Debon était prêt à remporter une victoire passive et un second mandat.

Mais son annonce du 21 mars, trois mois avant la date des élections, a surpris les électeurs et sorti les partis politiques de ce pays d'Afrique du Nord riche en pétrole d'un profond sommeil.

« Ma fhemna walou » – en arabe maghrébin signifiant « nous ne comprenons rien » – est devenu populaire sur des plateformes comme YouTube et Tiktok. Les partis d'opposition, nerveux, ont promis de présenter des candidats pour les élections du 7 septembre. Pendant ce temps, DeBoun lui-même n’a pas officiellement annoncé son intention de briguer un second mandat.

« Ce n'est pas le moment de répondre à cette question », a-t-il déclaré cette semaine dans une interview télévisée. « Il y a encore un projet que je suis en train de mettre en œuvre. »

Son incohérence, associée à la nouvelle date des élections, a injecté un sentiment de consternation dans la politique actuelle, soulevant des questions sur ce qui attend le dirigeant de 78 ans et l’appareil militaire qui le soutient.

Les explications données ne les ont pas apaisés.

Au lendemain de l'annonce de Tebboune, l'agence de presse étatique APS a qualifié sa décision de « retour à la normale ». Tebboune lui-même a expliqué le raisonnement derrière les élections anticipées comme une question de planification « purement technique ».

READ  Confetti Cup: Ennimba revient isolé d'Algérie

Dimanche 1er septembre, il a déclaré : « Le bon moment pour organiser ces élections, c'est qu'elles coïncident avec la fin des vacances d'été et la rentrée scolaire pour de nombreux Algériens à l'intérieur et à l'extérieur du pays, qui pourront s'exprimer. leurs points de vue.

D’autres ne sont pas d’accord. Planifier les élections au début de l'automne signifie que le pic de la campagne a lieu en août, lorsque de nombreuses personnes sont loin de chez elles en vacances ou prennent une pause à l'abri du soleil.

« Imaginez-vous des Algériens se rendant sur les plages ou à la montagne en pleine vacances d'août pour assister aux meetings des candidats ? C'est surréaliste ! Le chroniqueur Hakim Merabed a déclaré à l'Associated Press, faisant référence à la chaleur intense qui balaie une grande partie du pays et qui dure souvent jusqu'en octobre.

Même pendant les mois les plus froids, l’Algérie a eu du mal à désenchanter les électeurs par la politique, avec notamment un taux de participation inférieur à 40 % lors de l’élection présidentielle de 2019.

Qu'ils partent ou restent chez eux, ces élections marqueront un nouveau chapitre pour l'Algérie, cinq ans après qu'un mouvement de protestation pacifique à l'échelle nationale ait forcé la démission du président octogénaire Abdelaziz Bouteflika. Depuis des semaines, les manifestants sont descendus dans la rue pour exiger une refonte de la politique corrompue du pays, dans laquelle l'armée joue depuis longtemps un rôle important.

Bouteflika a démissionné sous la pression publique et militaire après avoir annoncé son intention de briguer un cinquième mandat. Debon est arrivé au pouvoir plus tard cette année-là lors d'élections boycottées par les opposants, qui craignaient que la tenue du référendum trop tôt ne gâche l'opportunité offerte par l'éviction de Bouteflika.

READ  Tripodvisor a signé une lettre d'intention pour s'engager dans une collaboration promotionnelle de 2 millions d'euros avec Atout, l'agence nationale française de développement touristique.

Deboun a promis d’honorer les appels lancés par les manifestants, mais a interdit les manifestations lorsque la pandémie de COVID-19 a commencé. Tout au long de son mandat, les journalistes ont continué à faire l'objet de poursuites et les difficultés économiques auxquelles sont confrontés bon nombre des 45 millions d'habitants du pays ont persisté. Le gouvernement jongle avec des priorités concurrentes, essayant de lutter contre l’inflation tout en maintenant les dépenses publiques, les subventions et le contrôle des prix pour maintenir la population à flot.

Le pays est le plus grand d'Afrique en termes de superficie et constitue un partenaire de sécurité majeur pour l'Occident. En tant que membre de l’OPEP, elle finance depuis longtemps ses activités gouvernementales et ses services sociaux avec les revenus pétroliers et gaziers.

Bien qu’il n’ait pas officiellement annoncé sa candidature, Debon fait campagne de manière informelle depuis des mois.

Le Front de libération nationale, auquel Tebboune est affilié de longue date, a approuvé la date des élections anticipées et a déclaré cette semaine dans un communiqué qu'il déciderait bientôt s'il devait soutenir le président ou présenter son propre candidat.

Peu de prétendants ont émergé pour le défier, mais les partis politiques – islamistes et laïcs – ont été animés en réponse à la date de septembre.

Le plus grand parti d'opposition algérien, le Front des forces socialistes, a déclaré qu'il déciderait bientôt de la manière de répondre à l'annonce de Debon, promettant de faire de l'élection « l'occasion d'un grand débat ». Un autre parti d'opposition, le Rassemblement pour la culture et la démocratie, a publié une déclaration sur Facebook qualifiant l'élection de « coup d'État constitutionnel » qui imposerait une date limite qui « exclurait pratiquement l'ensemble de la communauté ».

READ  Les vêtements d'un empereur - despote, génie ou les deux? La France se dispute au sujet de Napoléon | L'Europe 

Les partis islamistes ont pour la plupart adopté une approche plus douce et ont exprimé leur soutien au 7 septembre. Quatre jours après l'annonce de Tebboune, Abdelaziz Macri, du Mouvement pour la société et la paix, une figure de l'opposition, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il était intéressé à se présenter au sommet prévu en juin, en fonction de la décision de son parti.

Le seul challenger à annoncer sa candidature est Zoubida Assoul, une avocate qui dirige le parti Union pour le changement et le progrès, qui soutient les prisonniers politiques et s'aligne sur le mouvement de contestation de 2019. Alors que de nombreux membres du mouvement sont sceptiques quant à la possibilité d’un débat véritablement démocratique pendant la campagne électorale, Assoul met en garde contre le risque de rater une opportunité potentielle.

« Les sanctions ne doivent pas nous dissuader ni servir d'excuse à l'inaction », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse le mois dernier, avant l'annonce de la date de septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *