Les amateurs de sport français peuvent-ils vraiment emmener des coqs vivants aux matchs ?

Les supporters français de rugby sont connus pour laisser des coqs errer sur le terrain lors des matches internationaux.

Le célèbre fan français Clément Dantibes tient son coq Balthazar lors du match de la France pour la Coupe du monde en 2006.

Les coqs, ou coq français, sont un symbole du rugby français depuis 1911 et sont introduits clandestinement dans les stades avant ou après les matchs internationaux de rugby, offrant ainsi un divertissement aux supporters pendant que les hôtes tentent désespérément d’attraper ces créatures rapides et délicates.

Bien que cela soit généralement contraire aux règles du stade, les supporters les cachent souvent sous leurs vêtements, car les Coqs restent généralement silencieux à cause de l’obscurité. Cela s’est produit par exemple en 2009, lorsque la France a affronté les All Blacks en Nouvelle-Zélande.

Les pom-pom girls françaises sont devenues si connues pour cela que des policiers ou des agents de protection des animaux (RSPCA, SSPCA, etc.) sont parfois carrément déployés pour l’empêcher.

Lire la suite : Pourquoi le symbole national de la France – le précieux coq – est menacé

Cette pratique est synonyme de jeux internationaux plutôt que nationaux car le coq est un symbole de la France et non d’un club individuel.

Connexion a contacté plusieurs clubs de rugby français et a été informé que les animaux vivants seraient bannis des tribunes.

En fin de compte, cela dépend du stade, mais la grande majorité n’autorise pas les animaux vivants en raison des risques pour la santé et la sécurité.

READ  #Gamecocks présente un grand homme de France lors d'une visite au camp - SportsTalkSC

Le symbole du coq s’étend également au football (et à d’autres sports). Un supporter surnommé Clément Dantibes est devenu un héros culte de la Coupe du monde 1998, remportée par la France, après avoir été photographié dans les tribunes avec un coq nommé Balthazar.

Klement Tomaszewski emmenait Balthazar (après la mort de l’original, les coqs seraient également appelés Balthazar) aux Jeux français chaque fois qu’il le pouvait, malgré le risque de rejet.

Il était un fervent partisan de la France et a continué à suivre l’équipe nationale lors de tous les tournois internationaux, achetant souvent une canne dans le pays qu’il visitait, notamment en Corée du Sud en 2002.

En 2016, l’UEFA l’a contacté pour lui dire que Tazar ne serait pas autorisé à entrer dans les stades du Championnat d’Europe de football de cette année-là.

Il a affirmé que 2016 serait sa dernière année derrière l’équipe de France, une affirmation qu’il a répétée en 2022 pour la Coupe du monde.

Cela vaut donc peut-être la peine de le surveiller dans les stades allemands lors du Championnat d’Europe cette année.

Même sans coqs vivants, vous pourrez peut-être toujours les entendre lors des matchs grâce à l’application gratuite Parbleu, qui permet aux fans de jouer le son du coq pendant trois ou 30 secondes. Comme le dit leur slogan : Faites chanter votre coq pour Les Bleus.

Lire la suite : Hamlet « bruyant » peut continuer à crier, selon un tribunal français

le parbleu L’application peut être téléchargée ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *