Les cas de Covid sont en augmentation en Europe alors que la France entre dans la huitième vague

A l’approche de l’hiver, la France est « officiellement » entrée dans la huitième vague Covid-19. Plus de 50 000 cas ont été confirmés quotidiennement, et les autorités sanitaires françaises réfléchissent à l’opportunité d’imposer à nouveau des masques dans les lieux publics et dans les transports.

Le ministère de la Santé a averti le mois dernier qu’une nouvelle vague était imminente après que les cas ont augmenté de 55,5%. Statistiques du ministère de la Santé et de la Commission de la santé Sande Public France La moyenne quotidienne est d’environ 17 000 et en augmentation.

À l’approche du temps froid, la situation de la France reflète la résurgence de la pandémie en Europe, qui « prévient que la fatigue des vaccins et les experts en santé publique limiteront l’augmentation de la confusion sur les types de vaccins disponibles », explique Reuters.

Plus de ForbesVoyage en Europe : Pourquoi est-ce le bon moment pour visiter le Royaume-Uni ?

Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) quinze pays de la région signalent une augmentation des cas avec les taux de nouvelles infections les plus élevés en Autriche, en Belgique, en France, en Allemagne, en Lettonie et au Liechtenstein.

Derrière la plupart des cas, les sous-types d’Omicron qui ont dominé cet été étaient BA.4/5, mais l’Organisation mondiale de la santé suit plusieurs nouveaux sous-types.

Selon ses données les plus récentes, le chiffre Cas dans l’Union européenne La semaine dernière, il a atteint 1,5 million, en hausse de 8% par rapport à la semaine précédente, le nombre de personnes admises à l’hôpital continuant d’augmenter dans les États membres et en Grande-Bretagne.

« Au cours de la semaine se terminant le 4 octobre, les hospitalisations de Covid-19 avec symptômes ont augmenté de près de 32% en Italie, tandis que les admissions en soins intensifs ont augmenté de 21%, par rapport à la semaine précédente, selon les données compilées par la fondation scientifique indépendante Gimbe », a rapporté Reuters.

Bien que l’ECDC lance de nouvelles campagnes de vaccination avec des formulations adaptées à Omicron associées à des vaccins de première génération, les taux de vaccination restent faibles, entre 1 million et 1,4 million en septembre, contre 6 à 10 millions par semaine l’année précédente. Les données de l’ECDC le montrent.

Plus de ForbesVous voyagez en Europe ? Attendez-vous à plus de grèves, d’annulations et de retards cet automne et cet hiver

Selon les données britanniques Bureau des statistiques nationales (ONS), une personne sur 65 en Angleterre – 1 105 400 personnes – avait Covid fin septembre.

La perception que la pandémie est terminée est l’une des raisons pour lesquelles l’intérêt pour la vaccination est faible, créant un faux sentiment de sécurité. Certains experts accusent les gouvernements de ne pas être préparés pour la saison automne/hiver, les campagnes sur les réseaux sociaux étant diffusées par les mouvements anti-vaccination.

La complaisance française ?

Il écrit que la pandémie de Covid-19 est encore loin d’être terminée Progrès laïc« En ce début d’automne, les chiffres de la pollution augmentent en France, notamment chez les jeunes. »

« Tous les indicateurs sont en hausse », a déclaré à l’agence Brigitte Autran, directrice générale de la santé et responsable de Covars, un groupe de surveillance et d’anticipation des risques sanitaires en France.

Il a également annoncé que le comité envisageait la possibilité de re-mander l’utilisation de masques dans certains endroits avec « différents modèles ».

« Le taux d’incidence – le nombre de cas pour 100 000 personnes – était de 293 pour 100 000 personnes, soit une augmentation de 57% la semaine dernière par rapport aux 12% supplémentaires signalés la semaine précédente », a reconnu Santé publique France. Il est plus fréquent chez les enfants de moins de 10 ans, ce qui serait associé au retour à l’école en septembre. « L’augmentation de la pollution est principalement due aux personnes de moins de 20 ans », a déclaré l’agence.

Pareil que l’année dernière

Ce n’est pas une situation sans précédent, étape Le Point. « Pendant ce temps en 2021, avec la rentrée scolaire, la variabilité du delta qui a causé la marée d’été est revenue pour déclencher la marée automne/hiver. »

La plupart des cas actuels proviennent de sous-types de la souche BA5 d’Omicron, qui sont hautement infectieux mais généralement moins virulents.

« La sous-variante dominante actuelle d’Omicron, BA.5, qui a touché l’Europe cet été, se propage à nouveau depuis la rentrée et progresse dans toutes les régions de France métropolitaine (sauf la Corse). Presque tous les pays d’Europe de l’Ouest . » Rapports de journaux.

Vague attendue

« Les taux d’incidence ont recommencé à augmenter à la rentrée, mais l’impact de ce nouvel épisode est difficile à prévoir », écrit-il. Le Monde.

« Cette huitième vague était en effet très attendue. La saisonnalité du coronavirus ces deux dernières années a montré que son cycle favorise l’arrivée des saisons froides.

La vague de retombées est « inévitable », a déclaré Gilles Bialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Denon à Paris, et énuméré plusieurs facteurs : « Tous les éléments qui renforcent les contacts sociaux dans les espaces clos, l’augmentation du temps entre le Injection de vaccin et protection vaccinale adéquate pour un deuxième coup de pouce. » « 

Le ministre de la Santé, François Browne, a expliqué que le gouvernement suivait « l’évolution possible de cette épidémie » et a recommandé aux Français « d’être responsables » et de penser à rétablir leurs mesures de distanciation sociale et d’hygiène le cas échéant.

Actuellement, le port du masque n’est pas obligatoire dans les lieux publics extérieurs ou sur les différents modes de transports en commun. Les masques ne sont recommandés que pour les personnes vulnérables accédant aux espaces intérieurs et aux grands rassemblements, a déclaré Schengenvisainfo.

Vaccination prolongée

« On pense que les règles continuent d’être assouplies car la majorité des gens ont déjà terminé la vaccination. »

Au 22 septembre, la France avait administré un total de 153 347 334 vaccins contre le coronavirus, indique l’ECDC. Selon l’ECDC, 92,2% de tous les adultes en France ont déjà terminé la primo-vaccination, 74,7% ont reçu le premier rappel et 11,6% ont reçu Une deuxième piqûre de rappel a été prise.

Pour soutenir la planification des campagnes de vaccination pour l’automne et l’hiver, l’ECDC recommande que tous les États membres commencent à proposer des vaccins nouvellement approuvés et modifiés.

L’agence de santé a demandé instamment que les rappels soient administrés en premier aux personnes de plus de 60 ans, aux personnes vulnérables souffrant d’affections sous-jacentes, aux femmes enceintes et aux personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Une nouvelle vague de Covid-19 sur le continent européen pourrait préfigurer ce qui va arriver pour l’Amérique.

Les niveaux de virus ont augmenté dans diverses régions du pays, y compris le nord-est et le Midwest, selon le CDC.

READ  L'Algérie dit avoir attaqué un convoi de camions à la frontière marocaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.