Les chefs d'entreprise affirment que le logement constitue le plus grand risque pour l'économie, selon une enquête de KPMG

TORONTO – Les chefs d'entreprise considèrent la crise du logement comme le plus grand risque pour l'économie, selon un nouveau sondage de KPMG Canada.

TORONTO – Les chefs d'entreprise considèrent la crise du logement comme le plus grand risque pour l'économie, selon un nouveau sondage de KPMG Canada.

L'étude a révélé que 94 pour cent des personnes interrogées conviennent que la hausse des coûts du logement et le manque d'offre constituent les risques les plus importants, et que le logement devrait être la priorité principale du prochain budget fédéral. L'enquête a porté sur 534 entreprises.

Les problèmes de logement obligent les entreprises à augmenter les salaires pour attirer les talents et à améliorer leur budget pour couvrir les coûts de main-d'œuvre plus élevés, sont d'accord avec 87 pour cent des personnes interrogées.

« Ce que nous constatons dans le sondage, c'est que les entreprises doivent payer plus pour permettre à leurs travailleurs d'absorber ce coût de la vie plus élevé », a déclaré Caroline Charest, économiste et associée chez KPMG, basée à Montréal.

La nécessité de payer plus a non seulement un impact direct sur les finances des entreprises, mais rend également plus difficile la lutte contre l'inflation qui maintient les taux d'intérêt élevés, a déclaré Charest.

Elle a déclaré que la hausse des coûts du logement et des taux d’intérêt exerce une pression sur les familles déjà aux prises avec un endettement élevé.

« Cela rend les bilans des ménages plus vulnérables, en particulier en période de ralentissement économique. Cela crée donc des zones de vulnérabilité dans l'économie. »

READ  Critique du rapport 'Leeds Focus' sur l'économie du West Yorkshire

La hausse des coûts du logement contribue largement à l'inflation, ce qui rend plus difficile l'abaissement des mesures destinées à permettre de futures réductions des taux d'intérêt, a-t-elle déclaré.

Les entreprises tirent la sonnette d’alarme depuis quelques temps.

Un rapport publié l'année dernière par la Chambre de commerce de l'Ontario soulignait également à quel point la crise du logement affecte la capacité des entreprises à attirer des talents.

L'enquête de KPMG révèle que près de 90 % des entreprises souhaiteraient voir davantage de collaboration entre les secteurs public et privé pour contribuer à résoudre la crise.

« Comment pouvons-nous travailler pour rassembler tous les acteurs, c'est-à-dire les gouvernements, les organismes à but non lucratif, la communauté et le secteur privé, pour trouver des solutions afin de développer de nouveaux modèles d'offre de logement », a déclaré Charest.

« Cela ressort très clairement de notre enquête auprès des entreprises. »

Le gouvernement fédéral déploie davantage de soutien financier aux autres niveaux de gouvernement et a introduit des mesures telles qu'un remboursement de la TPS pour la construction de logements locatifs, mais n'a qu'un contrôle direct limité sur le dossier.

Une partie du financement fédéral était destinée à lier le financement aux mesures adoptées par les provinces et les municipalités qui pourraient contribuer à accroître l'offre.

La grande majorité des personnes interrogées par KPMG soutiennent les mesures fiscales visant à rendre les paiements de logement plus abordables, comme la déductibilité fiscale des intérêts hypothécaires, mais ils souhaitent également maintenir l'allégement fiscal sur les plus-values ​​​​pour la résidence principale.

READ  Le gouvernement de Kiribati n'est pas responsable de la publication virale, désolé

L'enquête auprès des entreprises a été menée en février à l'aide de la plateforme de recherche en ligne Methodify de Sago. Les participants étaient des propriétaires d’entreprises ou des décideurs de niveau exécutif.

Environ un tiers des dirigeants travaillent dans des entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur à 500 millions de dollars, environ la moitié ont un chiffre d'affaires compris entre 100 et 500 millions de dollars et le reste est inférieur à ce chiffre.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 27 mars 2024.

Ian Beckes, La Presse Canadienne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *