Les déchets de la Station spatiale internationale pourraient avoir touché une maison en Floride

Agrandir / Cet objet cylindrique, mesurant quelques centimètres, est tombé à travers le toit de la maison d'Alejandro Otero en Floride le mois dernier.

Il y a quelques semaines, un objet venu du ciel s'est écrasé sur le toit de la maison d'Alejandro Otero et la NASA se charge de l'affaire.

Selon toute vraisemblance, cet objet d’environ deux livres provenait de la Station spatiale internationale. Otero a déclaré que le séisme a arraché le toit et les sols de sa maison à deux étages à Naples, en Floride.

Otero n’était pas à la maison à ce moment-là, mais son fils l’était. Une caméra de sécurité domestique Nest a capturé le bruit de la collision à 14 h 34, heure locale (19 h 34 UTC), le 8 mars. Il s’agit d’une information importante car elle correspond exactement à l’heure – 14 h 29 HAE (19 h 29 UTC) – à laquelle le commandement spatial américain a enregistré le retour d’un débris spatial de la station spatiale. À ce moment-là, l'objet se trouvait sur une trajectoire au-dessus du golfe du Mexique, en direction du sud-ouest de la Floride.

Ces déchets spatiaux sont constitués de batteries usagées de la Station spatiale internationale, attachées à un socle de recharge qui était initialement destiné à revenir sur Terre de manière contrôlée. Mais une série de retards ont empêché cette plateforme cargo de revenir sur Terre, si bien que la NASA a abandonné les batteries de la station spatiale en 2021 pour une rentrée non guidée.

C'était la possible rencontre d'Otero avec des débris spatiaux Cela a été rapporté pour la première fois par WINK News, la filiale de CBS dans le sud-ouest de la Floride. La NASA a depuis récupéré l'épave auprès du propriétaire, selon Josh Finch, porte-parole de l'agence.

READ  Photobombes d'astéroïdes surprises Image du télescope Hubble, pouvez-vous la repérer ?

Les ingénieurs du Kennedy Space Center de la NASA analyseront l'objet « dès que possible pour déterminer son origine », a déclaré Finch à Ars. « Plus d'informations seront disponibles une fois l'analyse terminée. »

Ars a signalé cette rentrée lorsqu'elle s'est produite le 8 mars, notant que la plupart des matériaux provenant des batteries et du transporteur de fret ont probablement brûlé en tombant dans l'atmosphère. Les températures peuvent atteindre plusieurs milliers de degrés, provoquant l’évaporation de la plupart des matériaux avant qu’ils n’atteignent le sol.

La masse de l'ensemble de la plate-forme, y compris les neuf batteries mises au rebut du système d'alimentation de la station spatiale, est supérieure à 2,6 tonnes (5 800 livres), selon la NASA. En termes de taille, il faisait deux fois la longueur d’un réfrigérateur de cuisine standard. Il est important de noter que des objets de cette masse, ou plus, tombent régulièrement sur Terre selon des trajectoires dirigées, mais il s'agit généralement de satellites défaillants ou d'étages de fusée épuisés laissés en orbite après avoir terminé leurs missions.

Dans un article sur XOtero a déclaré qu'il attendait les communications des « autorités responsables » pour résoudre le coût des dommages causés à sa maison.

Si l'objet appartient à la NASA, Otero ou sa compagnie d'assurance pourrait déposer une plainte contre le gouvernement fédéral en vertu de la Federal Tort Claims Act, selon Michelle Hanlon, directrice exécutive du Air and Space Law Center de l'Université du Mississippi.

READ  Le mécanisme caché de la création des gènes

« Cela devient encore plus intéressant si l'on découvre que ce matériau n'est pas originaire des États-Unis », a-t-elle déclaré à Ars. « S'il s'agissait d'un objet spatial artificiel lancé dans l'espace par un autre pays et qu'il causait des dommages à la Terre, ce pays serait entièrement responsable envers le propriétaire des dommages causés. »

Cela peut poser un problème dans ce cas. Les batteries appartenaient à la NASA, mais étaient fixées sur un châssis de palette lancé par l'agence spatiale japonaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *