Les députés algériens protestent contre la décision du Parlement européen

Les parlementaires algériens ont annoncé leur intention de remettre une protestation écrite au chef de la délégation de l’Union européenne dans le pays.

Cela fait suite à une décision urgente prise par le Parlement européen le 26 novembre, qui met en lumière «la détérioration de la situation des droits de l’homme en Algérie».

L’idée a été avancée par un membre de l’Assemblée populaire nationale, Abdel-Wahab bin Zaim du Front de libération nationale.

Bin Zaim a déclaré avoir discuté de l’initiative avec ses collègues de l’Assemblée populaire nationale et confirmé l’approbation du chef du Front islamique pour la justice et le développement, Lakhdar Bin Khalaf, et le chef du mouvement de la société de la paix, Nasser Hammadoush, qui sont deux partis d’opposition.

Ben Zaim a indiqué que les législateurs européens se sont réunis pour aborder une question qui ne les intéresse pas, soulignant que les parlementaires algériens vont manifester mardi matin devant la mission de l’Union européenne pour rejeter toute ingérence étrangère.

En 2019, le chef de la délégation de l’Union européenne en Algérie, John O’Rourke, s’est opposé à une décision similaire, notant que les gouvernements de l’UE «n’ont aucun pouvoir sur les affaires du Parlement européen».

Le Bloc parlementaire du mouvement Peace Society a publié une déclaration dénonçant la décision du Parlement européen, la considérant comme une ingérence flagrante dans les affaires intérieures et une provocation flagrante envers le peuple algérien qui rejette tous les agendas étrangers et adhère à son identité. Constantes.

“Les guerres et les violations dont sont victimes certains pays et certains peuples doivent recevoir la priorité de la communauté internationale.”

READ  Kevin Petersen exprime sa gratitude à l'Inde. Le Premier ministre Modi répond aux nouvelles sportives

La décision de l’Union européenne a déclaré: «Les arrestations politiques et la détention arbitraire de mouvements pacifiques, de militants syndicaux et de journalistes ont augmenté depuis l’été 2019, en violation des droits fondamentaux d’un procès équitable et d’une procédure régulière.»

“Alors que la censure, les procès et les sanctions sévères des médias indépendants, souvent accusés de complot avec des puissances étrangères contre la sécurité nationale, continuent de se détériorer malgré la fin officielle du gouvernement de Bouteflika.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *