Les députés algériens se retirent de la conférence internationale sur Israël

Alger

Un groupe parlementaire algérien s’est retiré d’une conférence internationale en invoquant la participation d’un représentant israélien.

S’adressant à l’Agence Anatolie samedi, Ammar Moussa, l’un des trois législateurs représentant l’Algérie, a déclaré qu’une réunion sur les télécommunications avait été organisée par le Réseau parlementaire international entre les représentants du Parlement méditerranéen mardi et mercredi.

Le Parlement méditerranéen se décrit comme «les principaux États membres du forum dont les parlements nationaux de la région euro-méditerranéenne envisagent délibérément d’atteindre ces objectifs stratégiques de création d’un meilleur environnement politique, social, économique et culturel et de meilleures conditions pour les concitoyens».

Les discussions du premier jour, qui n’incluaient pas de représentant israélien, ont porté sur les moyens de relancer l’activité économique, de s’attaquer aux effets du virus corona et d’assurer une distribution équitable du vaccin Govt-19.

“Le deuxième jour, il y a eu un changement dans la liste des participants, dans laquelle le représentant de l’organisation sioniste s’appelait Mickey Levy d’Israël”, a déclaré Moussa, l’annonçant à l’Assemblée populaire nationale, la chambre basse du parlement algérien. . À propos du changement qui leur a conseillé de ne pas participer.

Mickey Levy est actuellement membre de la Knesset et ancien vice-ministre israélien.

Moussa a déclaré avoir expliqué au réseau parlementaire international la raison du retrait de sa délégation, qui “a compris la situation”.

Le Réseau parlementaire international, selon son site Web, est une alliance qui cherche à renforcer l’expertise et la coopération entre les législateurs, les parlementaires et les alliances politiques du monde entier.

Le mois dernier, la délégation algérienne a présenté un projet de loi au Président de l’Assemblée nationale condamnant la normalisation avec Israël, qui comprenait des règles interdisant les voyages en Israël.

READ  La France dit qu'elle n'interférera pas dans les élections allemandes via le gazoduc Nord Stream 2

Ce projet de loi n’a pas encore été approuvé.

L’Algérie est l’un des rares pays arabes à rejeter la normalisation des relations avec Israël.

Le 20 septembre, le président algérien Abdel-Majid Deboun a qualifié la question palestinienne de “sacrée” pour le peuple algérien, affirmant que son pays ne normaliserait pas ses relations avec Israël. Sa déclaration est intervenue quelques jours après que les Émirats arabes unis (EAU) et Bahreïn ont signé des accords de courtage américains pour normaliser les relations avec Israël.

En 2020, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont annoncé des accords de normalisation controversés avec Israël, à la suite des initiatives de l’Égypte et de la Jordanie il y a des décennies, signant des accords avec Israël en 1979 et 1994, respectivement.

* Ibrahim Mukhtar à Ankara a contribué à ce rapport

Le site Web de l’Agence Anatolienne ne contient qu’une fraction des informations fournies aux abonnés par le système de diffusion de nouvelles AA (HAS) et sous forme abrégée. Contactez-nous pour les options d’abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *