Les députés français débattent d'un projet de loi visant à interdire la discrimination capillaire

À 6 ans, Kenza Bell a lissé ses cheveux pour la première fois. C’est le début de 13 années de lissage à l’aide de fers ou de produits chimiques. C'était une manière de mettre fin au harcèlement qu'elle subissait à l'école en raison de la texture de ses cheveux : mains ou stylos dans les cheveux sans son consentement, insultes.

Elle se souvient d'un commentaire qu'elle a reçu d'un patron au travail : « J'avais les cheveux à moitié attachés comme un collègue aux cheveux raides, et il m'a dit de rentrer chez moi et de changer de coiffure, de me couvrir les cheveux ou de ne pas venir travailler. » Contre la discrimination capillaire Bel Kenadyl, un militant, s'est engagé il y a sept ans à ne plus jamais toucher à un fer à lisser ou à un défrisant. Sur Instagram, où elle compte près de 260 000 abonnés, de nombreuses femmes, pour la plupart non blanches, ont partagé leurs propres expériences en matière de discrimination capillaire au travail.

Olivier Sarva, député indépendant de la Guadeloupe, île des Caraïbes françaises, a rédigé un projet de loi pour reconnaître ces expériences. La loi, qui sera examinée par l'Assemblée nationale jeudi 28 mars, ajouterait la discrimination fondée sur « la coupe, la couleur, la longueur ou la texture des cheveux » à la liste des discriminations sanctionnées par le Code du travail, le Code pénal et les lois. Code général de la fonction publique.

« Un concept colonial et raciste des corps noirs »

Sarwa a déclaré que l'adoption de la loi « aidera toutes les victimes de discrimination capillaire à utiliser l'arsenal législatif et à se rappeler qu'en aucun cas un employé ne doit être contraint de changer de coiffure ». Bien que la discrimination basée sur l'apparence physique soit déjà considérée comme illégale, Sarva estime que son texte le dit clairement, citant l'exemple de l'hôtesse de l'air d'Air France qui a dû faire appel à une instance supérieure. Cheveux tressés – une pratique légale qui a duré 10 ans. Sarva a également déclaré avoir vu de nombreux États américains légiférer précisément sur ce type de discrimination.

READ  Le PSG bat la France au sommet de Lyon, Embe marque son 100e but en Ligue 1

Mais contrairement à la loi américaine, le projet de loi examiné par l'Assemblée nationale française n'aborde pas l'aspect raciste de cette forme de discrimination.

« Cette différence en dit long sur la France », explique Daphné Bédinade, doctorante en ethnographie et anthropologie sociale à l'EHESS. « Le racisme n'est jamais ouvertement mentionné dans le projet de loi. Mais en ne parlant que de la discrimination capillaire, il occulte la question des cheveux qui sont les plus discriminés, en particulier les femmes noires. »

« Même si cela peut paraître anodin à certains, en France et dans d'autres pays blancs, cette discrimination empêche l'accès à des institutions comme le travail ou le logement par exemple », reconnaît Tous DiBonto, l'auteur. La Charge Genre : Vertige d'un silence sortant (« Charge raciale : le silence étourdi »). « Les coiffures sont perçues comme étranges, peu professionnelles, voire sales, et doivent être acceptées en raison de la blancheur et de sa fausse idéologie universelle. L'exigence de cheveux doux et sobres est enracinée dans une perception coloniale raciste des corps noirs. »

Des années d'« assimilation » corrigées

Aude Livoreil-Djampou, propriétaire du Studio Ana'e, salon parisien spécialisé dans les cheveux bouclés, frisés et crépus, constate que « nous avons encore beaucoup de clientes qui nous font part de leurs commentaires sur leurs cheveux naturels ». Le salon constate cependant que ces demandes sont en baisse. D’une part, alors que le caractère nocif des substances utilisées est de plus en plus reconnu ; D’autre part parce que beaucoup de femmes ont décidé de revenir aux cheveux naturels.

Service partenaire

READ  Allstom entame la dernière phase des essais dynamiques du tramway de Constantine

Apprenez le français avec Zimglish

Cours quotidien en 15 minutes par jour, grâce à une histoire originale et un montage personnalisé.

Essayez-le gratuitement

Après des années à lisser ses cheveux pour les « coordonner », Fattoo N’Tiye, créatrice du blog BlackBeautyBack, « ​​a appris à aimer ça. [her] Hair », en faisant un « big chop », est une technique permettant de couper des zones de cheveux lâches, lissées ou traitées chimiquement et en vrac, ne laissant que les cheveux naturellement bouclés.

« C'était une façon de dire au monde que mes cheveux n'avaient pas besoin d'être couverts, aplatis ou lissés pour être désirables ou élégants et, surtout, de me libérer de l'héritage du colonialisme qui nous faisait détester nos cheveux.  » N'Diaye a expliqué qu'elle est désormais devenue influenceuse et consultante pour de grandes marques de cosmétiques et de luxe.

Pourtant, « selon l'environnement professionnel dans lequel vous travaillez », a déclaré Daphné Bedinaday, « la confiance en soi peut comporter des risques ».

« Assurez-vous [also means taking the risk] Se voir refuser un emploi ou un appartement à cause de la discrimination raciale », a admis l'auteur DiBonto. « C'est à vous arracher les cheveux face à l'injustice ! Il sera difficile d'y mettre fin même si le projet de loi d'Oliver Sarva est adopté.

Traduction de l'article original publié en français limonde.fr; L'éditeur est responsable de la version française uniquement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *