Les différends arabes repousseront-ils le sommet d’Algérie ?

Les tensions entre les pays du Maghreb arabe et le débat sur la reconstruction de la Syrie sont les principaux obstacles

Les différends entre les États arabes et les divergences sur la réinstallation de la Syrie menacent de reporter le sommet de la Ligue arabe en Algérie en novembre.

L’Algérie se prépare à accueillir le 31e sommet en 2019. Il s’agit du premier sommet en personne pour les dirigeants arabes depuis la pandémie de coronavirus.

Le président Abdelmadjid Debon a insisté plus tôt ce mois-ci sur le fait que le sommet serait un succès « parce qu’il vise la réconciliation arabe après des années de division et de fragmentation ».

La Syrie reviendra-t-elle ?

L’homme politique et avocat algérien Mohamed Adam Moqrani a toutefois noté que le retour de la Syrie dans le monde arabe serait l’un des principaux obstacles du sommet.

Dans les commentaires d’Asharq Al-Awsat, l’Algérie soutient depuis des mois le retour de la Syrie, car elle est membre fondateur de la Ligue arabe.

La Syrie a suspendu les manifestations pacifiques qui avaient éclaté en 2011 à la suite de la répression brutale de son régime.

Tous les États arabes ne soutiennent pas le retour de la Syrie. Moqrani a suggéré que la question soit soumise à un vote lors du sommet afin qu’elle ne devienne pas un point de blocage ou une raison de reporter la réunion.

Adil Benhamza, ancien député marocain, a qualifié la situation dans le monde arabe de « très divisée ».

Il a déclaré à Asharq Al-Awsad que la pandémie avait été utilisée comme excuse pour reporter des sommets dans le passé, mais qu’elle ne pouvait plus être utilisée pour justifier des retards répétés.

READ  Coupe d'Afrique des Nations: 06 facteurs qui font de l'Algérie l'idéal pour gagner la Guinée en 2025

Plusieurs autres problèmes pourraient entraîner un retard, notamment le différend sur le retour de la Syrie, a-t-il ajouté.

Centre Al-Ahram d’études politiques et stratégiques Dr. Hassan Abu Taleb a déclaré qu’il était « très difficile de tenir un sommet sur la base des différends majeurs sur la manière de gérer les efforts visant à mettre fin au boycott contre la Syrie et l’Algérie ».  »

Il a noté qu’il n’y avait pas de consensus parmi les pays arabes sur la question et que les dirigeants ne voulaient même pas en discuter lors du sommet.

Hussein Haridi, ancien assistant du ministre égyptien des Affaires étrangères pour l’Asie, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les Affaires du Pacifique, a déclaré qu’il était « difficile de prédire » si le sommet se tiendrait à temps.

Il a déclaré à Asharq Al-Awsat qu’il y a eu de nombreux développements au Moyen-Orient depuis le dernier sommet régulier, de sorte que la réunion algérienne devrait avoir lieu pour que les dirigeants arabes s’entendent sur la manière de les traiter.

« L’échec de la tenue du sommet dans les délais enverra un message indésirable aux puissances régionales et internationales selon lequel les dirigeants arabes manquent d’une volonté collective de mettre l’accent sur les développements régionaux et internationaux et les questions financières et politiques », a-t-il averti.

Cependant, l’insistance d’Alger sur le rétablissement de l’adhésion de la Syrie « malgré l’opposition des puissances arabes influentes » pourrait éventuellement conduire au report du sommet, a-t-il déclaré.

Au niveau officiel, le sous-secrétaire général de la Ligue arabe, Hossam Zaki, a déclaré le mois dernier qu’aucun calendrier précis ne pouvait être fixé pour le retour de la Syrie dans l’organisation.

READ  Visite du président de Sonatrach Dood et élaboration d'un code éthique

Son retour n’est pas immédiat, mais il n’est pas loin, a-t-il dit.

Une source diplomatique arabe a déclaré qu’il n’y avait pas de changement dans cette position.

La source d’Asharq al-Awsad, qui s’est exprimée sous couvert d’anonymat, a confirmé qu’en dépit des désaccords arabes, les préparatifs étaient toujours en cours pour organiser le sommet comme prévu.

Tensions maghrébines

Un autre point de friction au sommet était les tensions entre le Maroc, l’Algérie et plus récemment la Tunisie.

Rabat et Alger ont rompu leurs relations suite à un différend sur le Sahara occidental.

Au cours du week-end, le Maroc a rappelé son ambassadeur à Tunis après que le président tunisien Cais Saied a reçu le chef du Front Polisario, Brahim Ghali.

Le Maroc a déclaré que la décision de la Tunisie d’inviter Brahim Khali à un sommet japonais sur le développement pour l’Afrique à Tunis ce week-end était « un acte grave et sans précédent qui blesse profondément les sentiments du peuple marocain ».

En réponse à la décision du Maroc, la Tunisie a annoncé qu’elle rappellerait son ambassadeur à Rabat pour des consultations.

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a déclaré samedi dans un communiqué que le pays « maintient sa neutralité absolue sur la question du Sahara occidental conformément au droit international ».

Dans une déclaration sévère du ministère des Affaires étrangères, le Maroc a déclaré qu’il ne participerait plus au Sommet de l’Afrique. Il a récemment accusé la Tunisie d’avoir des « positions négatives » contre le Maroc, et a déclaré que sa décision d’accueillir Galle « confirme de manière flagrante son hostilité ».

Abou Taleb a déclaré que les relations entre les pays du Maghreb étaient « très tendues », ce qui a posé un défi aux plans d’accueil de tout sommet arabe.

READ  L'Autorité palestinienne et les dirigeants du Hamas se rencontrent en Algérie

Il a déclaré que les tensions pourraient conduire les pays à réduire leurs niveaux de représentation ou à demander de reporter complètement la réunion.

« La région arabe est en proie à des tensions et des crises, et il est douteux que le sommet se déroule comme prévu », a-t-il déclaré.

Moqrani et Benhamza ont émis l’hypothèse que le Maroc pourrait éviter le sommet compte tenu de son différend avec l’Algérie.

La source diplomatique a souligné que l’Algérie s’est engagée à accueillir le sommet et ne permettra pas que des différends s’y opposent, même si elle doit faire des concessions sur la reconstruction de la Syrie.

L’Algérie veut utiliser le sommet pour démontrer sa « forte reprise sur la scène internationale et régionale. Ainsi, elle peut abandonner ses exigences envers la Syrie pour éviter la responsabilité de l’échec du sommet », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.