Les économistes inquiets des projets financiers des rivaux de Macron : que savoir ?

L’un des messages qui ont contribué à pousser le Rassemblement national d’extrême droite au bord du pouvoir lors des élections législatives françaises de dimanche – un changement auparavant impensable – est une expression courante dans la politique américaine : c’est l’économie, stupide.

Le Rassemblement national et une coalition de partis de gauche appelée Nouveau Front populaire ont réalisé des progrès significatifs, en partie en capitalisant sur la colère suscitée par la crise du coût de la vie et sur le sentiment que le président Emmanuel Macron est incapable de comprendre leurs luttes. Le vote se déroule en deux tours et les candidats qui atteignent certains seuils passeront au tour suivant dimanche.

Une série de taux d’inflation élevés sur deux ans a laissé les ménages français à revenus faibles et moyens peiner à payer les produits de base tels que l’énergie, le gaz et la nourriture, tandis que les salaires n’ont, dans certains cas, pas réussi à suivre cette croissance. Les sondages montrent Les préoccupations concernant le « pouvoir d’achat » figuraient parmi les principales préoccupations des électeurs, au même titre que l’immigration et la sécurité. Ils sont apparus en grand nombre Les électeurs ont voté pour le Parti du Rassemblement national, qui a promis d’aider les familles et de limiter l’immigration. Le parti Nouveau Front populaire arrive en deuxième position avec des promesses d’augmentation des salaires et d’abaissement de l’âge de la retraite.

Mais on ne sait pas exactement comment chaque parti pourra honorer ses promesses. Les économistes affirment que de nombreuses propositions de financement ne sont pas fiables, ce qui augmente les risques auxquels est confrontée la France, lourdement endettée. Mais les résultats finaux sont difficiles à prévoir : si la France se retrouve avec un Parlement sans majorité lors du vote de dimanche prochain, l’impasse législative pourrait également effrayer les investisseurs.

dans le cadre de Politique économique « La France d’abord »Le Rassemblement national conservera la priorité sur certains emplois et prestations sociales pour les Français. En hommage à la classe ouvrière, les personnes qui ont commencé à travailler avant l’âge de 20 ans pourront prendre leur retraite à 60 ans au lieu de l’âge officiel de la retraite dans le pays, qui est de 64 ans. Les retraites seront liées à l’inflation. Mais pour apporter de tels changements, il faudrait modifier la Constitution.

En mettant au premier plan les questions qui importent au portefeuille des électeurs, Jordan Bardella, président du parti et disciple de Marine Le Pen, a cherché à normaliser la politique nationaliste et anti-immigration longtemps interdite de son parti. Mais le cœur de son programme relie la migration à l’incertitude économique.

READ  Le rapport indique que les pays riches "stockent un milliard de vaccins"

«Il parle d’améliorer le pouvoir d’achat des Français», explique Lisa Thomas Darbois, vice-présidente de la recherche à l’Institut Montaigne, un groupe de réflexion économique à Paris. «Mais en réalité, les promesses de prospérité du parti reposent sur la lutte contre l’immigration. lier l’immigration à l’emploi et à la criminalité et expulser les immigrants illégaux.

L’un des principaux attraits de Bardella est sa promesse d’injecter plus d’argent dans les poches des électeurs en réduisant les taxes sur l’électricité, l’énergie et le gaz de 20 % à 5 %. Bardella s’est engagé à être le « Premier ministre du pouvoir d’achat » et encouragera les entreprises à augmenter les salaires de 10 % pour les personnes gagnant moins de 5 000 euros par mois (environ 5 350 dollars américains) sans imposer de taxe supplémentaire aux employeurs.

Bardella a blâmé Macron dans son discours de victoire dimanche soir pour la hausse de l’inflation et l’augmentation de la dette et du déficit nationaux – un héritage des efforts de Macron pour stabiliser l’économie pendant les confinements pandémiques et la crise énergétique. Il a déclaré qu’il serait responsable sur le plan financier et M. Bardella s’est engagé à « rétablir l’ordre » dans les finances françaises. (L’Union européenne a récemment réprimandé la France pour avoir violé les règles financières du bloc.)

Le programme du Rassemblement national ne dispose pas de chiffres budgétaires réels, mais M. Bardella a déclaré qu’il pourrait économiser des milliards d’euros par an en réduisant l’immigration et en réduisant les allocations sociales aux ressortissants étrangers. Une partie de ces économies consiste à refuser aux personnes sans papiers l’accès à des soins médicaux gratuits, sauf en cas d’urgence.

Bardella entend également réduire de 2 milliards d’euros les paiements annuels de la France à l’Union européenne, une condition imposée aux États membres de l’UE. Il a déclaré qu’il pourrait économiser au moins 65 milliards d’euros supplémentaires en luttant contre l’évasion fiscale et la fraude sociale – et qu’il ordonnerait un audit financier en France pour trouver des milliards d’euros supplémentaires de dépenses « inutiles » qui pourraient être réorientés pour améliorer le sort des classes moyennes. et les salariés à faible revenu.

Mais ce n’est pas nécessaire. Une évaluation réalisée par l’Institut Montaigne a montré que ces projets coûteraient environ 38 milliards d’euros par an. Par exemple, empêcher les immigrés d’accéder aux soins de santé ne permettrait d’économiser que 700 millions d’euros par an, mais réduire les taxes sur l’énergie coûterait plus de 11 milliards d’euros, tandis que lier les retraites à l’inflation coûterait 27 milliards d’euros.

Ces derniers jours, Bardella a renoncé à certaines des idées les plus coûteuses – comme la suppression de l’impôt sur le revenu pour les travailleurs de moins de 30 ans – après que certaines estimations estiment le coût de l’ensemble du programme du Rassemblement national à près de 100 milliards d’euros.

READ  Le maire de Chicago se rend à Paris, Londres pour promouvoir l'économie locale

Il s’est également rapproché du programme économique de Macron pour tenter de séduire les électeurs centristes et s’est engagé à faire de la France, déjà le plus grand fournisseur d’énergie nucléaire d’Europe, un « paradis » de l’énergie nucléaire. Il s’est engagé à réduire les impôts sur la production industrielle et a déclaré qu’il réexaminerait le mandat de la Banque centrale européenne afin de se concentrer sur l’emploi plutôt que sur l’inflation.

La coalition de gauche propose un programme de lourdes taxes sur les riches et de répartition des richesses inspiré par le parti d’extrême gauche La France rebelle. Et en libérant Programme de dépenses keynésien En augmentant les salaires, le gouvernement peut inciter les consommateurs à commencer à dépenser davantage, stimulant ainsi l’économie dans son ensemble.

L’objectif principal est d’augmenter le salaire mensuel minimum après déduction des impôts de 1 398 euros à 1 600 euros. Le Nouveau Front populaire entend également geler les prix des denrées alimentaires, de l’énergie et des carburants. L’État paiera aux familles tous les frais associés à l’éducation de leurs enfants, y compris les repas dans les cafétérias, le transport et les activités extrascolaires.

L’âge officiel de la retraite en France, que Macron a relevé par décret l’année dernière à 64 ans, déclenchant des protestations à l’échelle nationale, sera également abaissé à 60 ans. Concernant l’immigration, les travailleurs sans papiers bénéficieront d’un statut légal sous certaines conditions dans les secteurs connaissant une pénurie de main d’œuvre.

Le programme devrait coûter entre 125 et 187 milliards d’euros par an, et le Nouveau Front populaire a déclaré qu’il pourrait économiser 150 milliards d’euros en imposant des impôts aux particuliers les plus fortunés.

Cela comprend la réintroduction de l’impôt sur la fortune aboli par M. Macron, l’augmentation des droits de succession et l’imposition d’un impôt de sortie aux riches qui déménagent leur résidence fiscale à l’étranger. Le parti créerait 14 nouvelles tranches d’impositionoù les revenus dépassant un certain niveau sont imposés à des taux plus élevés, le taux le plus élevé étant de 90 pour cent.

Les entreprises françaises verront également un nouvel impôt imposé sur les bénéfices supérieurs à la moyenne, tandis que divers allègements fiscaux et crédits d’impôt pour les entreprises seront supprimés.

Certains disent que le programme est extraordinairement coûteux et risque de mettre les finances françaises au bord du gouffre, effrayant les investisseurs internationaux qui ont récemment fait grimper les coûts d’emprunt français – sans parler des multinationales attirées par la politique favorable aux entreprises de Macron.

READ  Omicron ajoute de nouvelles incertitudes aux perspectives économiques mondiales : Moody's Analytics

« La situation financière de la France est déjà catastrophique », estime Nicole Bacharin, professeur de sciences politiques à Sciences Po à Paris. « Cela ne ferait qu’empirer les choses. »

D’autres, dont l’économiste français Thomas Piketty, ont déclaré que la nécessité d’investir dans les soins de santé, la formation, la recherche et les infrastructures nécessite d’énormes ressources. « Cela signifie taxer les riches », a-t-il déclaré dans une interview à La Tribune.

Lorsque les prix de l’énergie ont augmenté après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le gouvernement de M. Macron s’est efforcé de limiter la hausse des factures d’électricité et des prix des denrées alimentaires en négociant avec les producteurs.

Mais les gens ont le sentiment que les prix sont restés élevés de toute façon, donc on ne lui accorde pas beaucoup de crédit», a déclaré Eric Haier, économiste en chef à l’Observatoire français des économies.

Durant la campagne électorale, le Premier ministre de Macron, Gabriel Attal, s’est à nouveau engagé à contribuer à couvrir le coût de la vie, mais s’en tient surtout au conservatisme budgétaire et promet de ne pas augmenter les impôts.

Le parti entend réduire les factures d’électricité de 15% à partir de février, étendre la prime dite Macron qui encourage les entreprises à verser jusqu’à 10 000 euros par an aux travailleurs sans imposer d’impôts supplémentaires aux employeurs, et augmenter les prestations sociales pour les familles les plus pauvres en environ 5 milliards d’euros par an.

De tous les partis, le Parti populaire est le moins cher, avec environ 17,6 milliards d’euros annuels, selon les estimations de l’Institut Montaigne. Avant les élections anticipées, le gouvernement envisageait de réduire les dépenses jusqu’à 20 milliards d’euros pour réduire la dette et le déficit. Maintenir les nouvelles dépenses à un faible niveau reste donc une priorité.

Si le parti de M. Bardella remporte suffisamment de sièges au Parlement, il pourrait devenir Premier ministre, nommer des membres du cabinet et bloquer une grande partie du programme national de M. Macron. Mais si la France se retrouve avec un Parlement sans majorité dans lequel ni l’extrême droite ni la gauche unie n’ont de majorité, créant une impasse législative, les économistes préviennent qu’une crise de la dette pourrait survenir si le gouvernement paralysé ne parvient pas à maîtriser les finances de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *