Les élections algériennes enregistrent une faible participation après le boycott

ALGER, ALGER – Les Algériens ont voté, samedi, sur un nouveau parlement lors d’élections avec une majorité de candidats indépendants juniors en compétition selon de nouvelles règles conçues pour répondre aux exigences des manifestants pro-démocratie et ouvrir la voie à une “nouvelle Algérie”.

La tension a entouré le vote dans ce pays d’Afrique du Nord riche en gaz. Les militants et les partis d’opposition ont boycotté, la participation électorale était faible en milieu de journée.

Les autorités ont serré les vis sur le mouvement de protestation du Hirak ces dernières semaines, alors que la police arrêtait les rassemblements hebdomadaires et arrêtait des dizaines, dont le dernier était une figure du Hirak et deux journalistes. Le Comité national de libération des détenus a déclaré que des personnalités de l’opposition, dont le journaliste Khaled Drarini, défenseur de la liberté de la presse, ont été libérées tôt samedi matin, trois jours après leur arrestation.

Les élections anticipées sont censées incarner la « nouvelle Algérie » du président Abdelmadjid Tebboune, avec un focus sur les jeunes candidats et ceux en dehors de l’élite politique. Un nombre écrasant de candidats – plus de 20 000 – se présentaient à la législature de 407 sièges, qui était autrefois dominée par une coalition bipartite qui avait peu de chances de maintenir son emprise sur le Parlement. Les partis islamistes ont présenté des candidats.

Il s’agit des premières élections législatives depuis que l’ancien président Abdelaziz Bouteflika a été contraint de démissionner en 2019 après 20 ans au pouvoir après des manifestations contre la corruption, le chômage et la répression. Tebboune a été élu huit mois plus tard, promettant de refaire le plus grand pays d’Afrique, mais sans aucun signe d’abandonner un rôle de premier plan malgré l’ambiguïté de l’armée dans le gouvernement.

“Nous recherchons le changement”, a déclaré l’électeur Mohamed Toit dans un bureau de vote. “J’ai 84 ans, et aujourd’hui je me suis réveillé à 8 heures du matin parce que j’avais encore l’espoir d’un changement.”

Et le Conseil constitutionnel a annoncé, samedi, que nous aurons 15 jours avant d’annoncer les résultats du scrutin en raison du nombre de candidats et de la nécessité de s’assurer de l’absence de fraude qui a caractérisé les élections passées.

READ  Manifestation des paysans marocains évacués sur les territoires disputés avec l'Algérie

Au début de la journée, le président a rejeté le nombre de personnes votant comme non pertinent.

“L’important est que le peuple pour lequel le peuple vote bénéficie d’une légitimité suffisante”, a déclaré Tebboune après avoir voté à Alger.

Le boycott des principaux partis d’opposition et partisans du mouvement a également été ignoré par le président. Les images diffusées sur les réseaux sociaux montraient des images de certains bureaux de vote de la région de Kabylie, à l’est d’Alger. La Kabylie, patrie des Berbères, est un bastion traditionnel de la dissidence.

Les femmes représentent la moitié des primo-candidats, parmi les efforts pour prendre un nouveau départ. Mais les femmes étaient en grande partie invisibles de la campagne – leurs visages étaient souvent cachés ou cachés dans des affiches de campagne.

Les candidats n’avaient que 20 jours pour faire campagne, et les médias algériens ont déclaré qu’une véritable discussion sur les principaux sujets de préoccupation, tels que le chômage, était pour la plupart absente.

“Avec un si grand nombre de candidats, le calcul du pouvoir est simple : l’élection d’une assemblée mixte, sans majorité, qui permettrait au président de former sa majorité parlementaire par laquelle il gouvernera”, a déclaré le politologue Rashid Grim.

De nombreux candidats n’ont pas les moyens d’acheter des affiches de campagne. Des candidats indépendants comme Jamal Maafa, un ancien producteur de télévision, ont utilisé les réseaux sociaux pour diffuser son message en raison du manque d’accès aux fonds et de la structure logistique des grands partis.

Les partis soutenant le mouvement Hirak ont ​​appelé au boycott parce qu’ils veulent une transition politique plus substantielle.

“Les élections en Algérie ont toujours prouvé qu’elles ne sont pas la solution. La solution réside dans la transformation démocratique, ainsi que dans un dialogue autour de la table pour résoudre la crise”, a déclaré l’activiste Sofiane Hajjaj.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’adresse à la presse après avoir voté lors des premières élections législatives du pays avant l’éviction de l’ancien président Bouteflika, à l’école Ahmed Erwa, à Alger, le samedi 12 juin 2021. Un nouveau parlement aux élections avec une majorité de des candidats juniors indépendants en compétition selon de nouvelles règles Il vise à répondre aux revendications des manifestants pro-démocratie et à ouvrir la voie à une « nouvelle Algérie ». (Photo AP)

DOSSIER - Le 2 juillet 2020, une photo d'archives du militant Karim Tabbou brandit le signe de la victoire alors qu'il est accueilli par ses partisans après sa sortie de la prison de Kolea, à l'ouest d'Alger.  Un éminent homme politique et journaliste de l'opposition a été arrêté en Algérie quelques jours avant les élections législatives du pays, selon un groupe d'avocats défendant des militants emprisonnés du mouvement pro-démocratie.  Le Comité national de libération des détenus a indiqué que l'homme politique Karim Tabbou a été arrêté jeudi soir à son domicile de la banlieue sud-ouest d'Alger.  (AP Photo/Anis Belghoul, DOSSIER)

READ  La France se précipite pour ouvrir les archives secrètes de la guerre d'Algérie

DOSSIER – Le 2 juillet 2020, une photo d’archives du militant Karim Tabbou brandit le signe de la victoire alors qu’il est accueilli par ses partisans après sa sortie de la prison de Kolea, à l’ouest d’Alger. Un éminent homme politique et journaliste de l’opposition a été arrêté en Algérie quelques jours avant les élections législatives du pays, selon un groupe d’avocats défendant des militants emprisonnés du mouvement pro-démocratie. Le Comité national de libération des détenus a indiqué que l’homme politique Karim Tabbou a été arrêté jeudi soir à son domicile de la banlieue sud-ouest d’Alger. (AP Photo/Anis Belghoul, DOSSIER)

Les gens font la queue pour voter devant un bureau de vote lors des premières élections législatives du pays après l'éviction de l'ancien président Bouteflika, à Alger, en Algérie, le samedi 12 juin 2021. Les Algériens votent samedi pour élire un nouveau parlement avec une majorité de jeunes candidats indépendants se présentant sous de nouvelles règles Visant à répondre aux demandes des manifestants pro-démocratie et ouvrir la voie à "nouvelles îles." (Photo par Associated Press/Tawfik Dodo)

Les gens font la queue pour voter devant un bureau de vote lors des premières élections législatives du pays après l’éviction de l’ancien président Bouteflika, à Alger, en Algérie, le samedi 12 juin 2021. Les Algériens votent samedi pour élire un nouveau parlement avec une majorité de jeunes des candidats indépendants se présentant sous de nouvelles règles visant à répondre aux exigences des manifestants pro-démocratie et ouvrir la voie à une « nouvelle Algérie ». (Photo par Associated Press/Tawfik Dodo)

Des hommes se disputent des affiches électorales à Ain El Ouessara, à 190 kilomètres d'Alger, le jeudi 10 juin 2021. Outre les partis traditionnels, des dizaines de candidats indépendants ont décidé de participer aux élections législatives du 12 juin, dont le gouvernement organisé plus tôt que prévu dans le cadre d'un nouveau système visant à éliminer la corruption et à ouvrir les listes électorales - une étape majeure dans la promesse du président Abdelmadjid Tebboune. "nouvelles îles." (Presse associée/Fateh Ghaydom)

Des hommes se disputent des affiches électorales à Ain El Ouessara, à 190 kilomètres d’Alger, le jeudi 10 juin 2021. Outre les partis traditionnels, des dizaines de candidats indépendants ont décidé de participer aux élections législatives du 12 juin, dont le gouvernement organisé plus tôt que prévu dans le cadre d’un nouveau système visant à éradiquer la corruption et à ouvrir les listes électorales – une étape majeure dans la promesse du président Abdelmadjid Tebboune d’une « nouvelle Algérie ». (Presse associée/Fateh Ghaydom)

Un homme passe devant des affiches électorales à Ain El Oussara, à 190 km d'Alger, le jeudi 10 juin 2021. Outre les partis traditionnels, des dizaines de candidats indépendants ont décidé de participer aux élections législatives du 12 juin, qui le gouvernement s'est organisé plus tôt que prévu dans le cadre d'un nouveau système visant à éradiquer la corruption et à ouvrir les listes électorales - une étape majeure dans la promesse du président Abdelmadjid Tebboune. "nouvelles îles." (Presse associée/Fateh Ghaydom)

Un homme passe devant des affiches électorales à Ain El Oussara, à 190 km d’Alger, le jeudi 10 juin 2021. Outre les partis traditionnels, des dizaines de candidats indépendants ont décidé de participer aux élections législatives du 12 juin, qui le gouvernement s’est organisé plus tôt que prévu dans le cadre d’un nouveau système visant à éradiquer la corruption et à ouvrir les listes électorales – une étape majeure dans la promesse du président Abdelmadjid Tebboune d’une « nouvelle Algérie ». (Presse associée/Fateh Ghaydom)

Des femmes défilent devant les affiches électorales à Ain El Oussara, à 190 km d'Alger, le jeudi 10 juin 2021. Outre les partis traditionnels, des dizaines de candidats indépendants ont décidé de participer aux élections législatives du 12 juin, dont le gouvernement organisé plus tôt que prévu Dans le cadre d'un nouveau système visant à éliminer la corruption et à ouvrir les listes électorales - une étape majeure dans la promesse du président Abdelmadjid Tebboune "nouvelles îles." (Presse associée/Fateh Ghaydom)

READ  La nouvelle plateforme de divertissement de Snapchat arrive dans la région MENA

Des femmes défilent devant les affiches électorales à Ain El Oussara, à 190 km d’Alger, le jeudi 10 juin 2021. Outre les partis traditionnels, des dizaines de candidats indépendants ont décidé de participer aux élections législatives du 12 juin, dont le gouvernement organisé plus tôt que prévu Dans le cadre d’un nouveau système visant à éradiquer la corruption et à ouvrir les listes électorales, une étape majeure dans la promesse du président Abdelmadjid Tebboune d’une « nouvelle Algérie ». (Presse associée/Fateh Ghaydom)

Affiches électorales filmées à Alger, mercredi 9 juin 2021. Les Algériens se préparent aux élections du 12 juin pour élire les députés.  (Photo par Associated Press/Tawfik Dodo)

Affiches électorales filmées à Alger, mercredi 9 juin 2021. Les Algériens se préparent aux élections du 12 juin pour élire les députés. (Photo par Associated Press/Tawfik Dodo)

Les responsables électoraux attendent à l'intérieur d'un bureau de vote pendant que les Algériens votent lors des premières élections législatives du pays avant le renversement de l'ancien président Bouteflika, à Alger, en Algérie, le samedi 12 juin 2021. Les Algériens votent samedi pour élire un nouveau parlement avec la majorité des jeunes candidats indépendants soumis à des règles Nouveaux objectifs pour répondre aux demandes des manifestants pro-démocratie et ouvrir la voie à "nouvelles îles." (Presse associée/Fateh Ghaydom)

Les responsables électoraux attendent à l’intérieur d’un bureau de vote pendant que les Algériens votent lors des premières élections législatives du pays avant l’éviction de l’ancien président Bouteflika, à Alger, en Algérie, le samedi 12 juin 2021. Les Algériens votent samedi pour élire un nouveau parlement avec la majorité des des candidats indépendants juniors se présentant sous de nouvelles règles Il vise à répondre aux revendications des manifestants pro-démocratie et à ouvrir la voie à une « nouvelle Algérie ». (Presse associée/Fateh Ghaydom)

Un homme vote dans un bureau de vote lors des premières élections législatives du pays avant l'éviction de l'ancien président Bouteflika, à Alger, le samedi 12 juin 2021. Les Algériens votent samedi pour élire un nouveau parlement avec une majorité de jeunes candidats indépendants en lice selon de nouvelles règles conçues pour répondre aux exigences des manifestants pro-démocratie et ouvrir la voie à "nouvelles îles." (Photo par Associated Press/Tawfik Dodo)

Un homme vote dans un bureau de vote lors des premières élections législatives du pays avant l’éviction de l’ancien président Bouteflika, à Alger, le samedi 12 juin 2021. Les Algériens votent samedi pour élire un nouveau parlement avec une majorité de jeunes candidats indépendants en compétition sous de nouvelles règles visant à répondre aux demandes des manifestants pro-démocratie Ouvrir la voie à de “nouvelles îles”. (Photo par Associated Press/Tawfik Dodo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *