Les Emirats Arabes Unis consolident leur position de pôle majeur du commerce international

Divers rapports sur la compétitivité mondiale ont mis en évidence plusieurs indicateurs positifs qui confirment la dynamique continue du commerce dans le pays.

Les Émirats arabes unis ont été classés parmi les 20 pays leaders sur 16 indicateurs mondiaux de la concurrence liés au commerce extérieur en 2020, marquant une nouvelle réalisation et renforçant la position du pays en tant que centre majeur du commerce international.

Le Centre fédéral de la compétitivité et des statistiques a documenté des références internationales qui confirment ces réalisations, notamment l’Annuaire mondial de la compétitivité (EJT) publié par l’Institut international de développement administratif (IMD), l’indice de compétitivité mondiale 4.0 publié par le Forum économique mondial (WEC). , l’indice de performance logistique (LPI)) publié par la Banque mondiale, l’indice mondial de l’innovation de l’INSEAD et l’indice de prospérité Legatum.

L’analyse de la compétitivité des EAU basée sur des indicateurs mondiaux a mis en évidence le fait que ses réalisations étaient le résultat d’une combinaison de facteurs, y compris une planification économique basée sur une vision stratégique qui encourage la compétitivité, ce qui a permis aux EAU d’atteindre un développement régional et mondial. position dans le commerce des marchandises. Selon ce qui a été documenté par les rapports du ministère de l’Économie. Les EAU se classent au troisième rang mondial et au premier rang du monde arabe en termes de réexportations, en plus d’être parmi les vingt premiers pays en termes d’exportations et d’importations.

Divers rapports sur la compétitivité mondiale ont mis en évidence de nombreux indicateurs positifs qui confirment la dynamique commerciale continue du pays avec le reste du monde en 2020, malgré le ralentissement mondial résultant des verrouillages liés à l’épidémie.

READ  Les chefs d'entreprise ont appelé à une action décisive sur les passeports britanniques pour le virus COVID-19

De plus, des chiffres récents publiés par le Centre fédéral de la compétitivité et des statistiques indiquent que la valeur du commerce extérieur non pétrolier du pays a dépassé la barrière de 1 billion de dirhams au cours des neuf premiers mois de 2020.

Les chiffres du centre indiquent également que la valeur des exportations et réexportations des Émirats arabes unis a dépassé la performance des importations en septembre 2020, dépassant la barrière des 76 milliards de dirhams, tandis que l’excédent du compte commercial entre les Émirats arabes unis et les pays arabes a atteint 136,5 milliards de dirhams au premier neuf mois de cette année. 2020.

Le Rapport sur la compétitivité des économies arabes 2020 publié par le Fonds monétaire arabe (AMF) a classé les Émirats arabes unis au premier rang du monde arabe dans «l’indice d’ouverture commerciale» et «l’indice de la balance des comptes courants».

Participation des Émirats arabes unis: Les Émirats arabes unis ont récemment participé à la dix-neuvième réunion du groupe consultatif régional du Conseil de stabilité financière pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (FSB RCG MENA).

La réunion s’est déroulée virtuellement et a débattu des risques pour la stabilité financière dans la région et du programme de travail du Groupe consultatif régional (RCG). Cela s’ajoute aux initiatives de la feuille de route du G20 concernant les paiements transfrontaliers et les monnaies numériques stables.

Les EAU étaient représentés par Yunus Haj Al-Khoury, sous-secrétaire du ministère des Finances, et Khaled Muhammad Salem Balami Al-Tamimi, sous-gouverneur de la Banque centrale des EAU. La réunion était coprésidée par M. Fahd Al-Mubarak, gouverneur de l’Agence monétaire saoudienne (SAMA), et Rashid Muhammad Al-Maraj, gouverneur de la Banque centrale de Bahreïn, où des représentants des ministères des Finances et des banques centrales dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord a participé à la réunion. Des pays, ainsi que des représentants du FSB étaient présents.

READ  Lakeshore Advantage attribue 1,8 million de dollars à 187 entreprises locales

Au cours de la réunion, Al Khoury a présenté le dernier document élaboré par les Émirats arabes unis, qui fournit des orientations pour l’auto-évaluation judiciaire des dispositions réglementaires et de surveillance de la monnaie stable. Le document a été présenté par le Département du Trésor au G20 l’année dernière et a été salué par les membres du G20 et du Conseil fédéral de sécurité.

Al-Khoury a indiqué que les autorités judiciaires doivent évaluer si elles disposent de la base réglementaire de base pour faire face aux risques auxquels sont confrontés les systèmes monétaires actuels liés aux monnaies numériques stables à l’échelle mondiale.

<< Nous réaffirmons la nécessité d'activer la coopération et la coordination entre les gouvernements et les organisations internationales pour élaborer des directives internationales qui soutiennent les efforts des autorités législatives pour réglementer et surveiller les monnaies numériques stables, renforcer la confiance dans ces transactions et atténuer les répercussions déstabilisantes sur la stabilité financière mondiale. ," il ajouta.

La réunion a discuté des derniers développements liés au système financier mondial, en particulier à la lumière des circonstances exceptionnelles auxquelles le monde est confronté aujourd’hui en raison de la pandémie de Covid-19. Cela s’ajoute aux moyens d’améliorer les paiements transfrontaliers, car des initiatives ont été introduites concernant la mise en œuvre de la feuille de route du G20 pour améliorer les plates-formes de paiement et les défis réglementaires et de surveillance liés aux monnaies numériques.

À la fin de la réunion, tous les membres ont souligné l’importance d’établir des cadres réglementaires et de surveillance solides pour des accords de monnaie numérique stables, afin d’en tirer parti et de faciliter des paiements transfrontaliers rapides, sûrs et rentables. Il s’agit de renforcer les systèmes financiers en raison des risques pour la stabilité financière tout en soutenant et en adoptant l’innovation financière.

READ  Projet de loi de secours COVID-19, prêts de partenariat public-privé, déductions au logement, Conseil de l'économie verte

Les membres actuels du FSB RCG MENA comprennent des représentants des ministères des Finances et des banques centrales du Royaume d’Arabie Saoudite, d’Algérie, de Bahreïn, d’Égypte, de Jordanie, du Koweït, du Liban, du Maroc, d’Oman, du Qatar, de Tunisie, de Turquie et des États-Unis. Emirates.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *