Les États-Unis acceptent de retirer les forces américaines du Niger

NAPLES, Italie — Les États-Unis ont informé vendredi le gouvernement du Niger qu'ils avaient accédé à sa demande de retrait des troupes américaines de ce pays d'Afrique de l'Ouest, ont déclaré trois responsables américains, une décision à laquelle l'administration Biden a résisté et qui changerait la position de Washington dans la lutte contre le Niger. terrorisme dans la région.

L'accord met fin à la présence des forces américaines, qui s'élevaient à plus de 1 000 hommes, et jette le doute sur le statut de la base aérienne américaine, d'une valeur de 110 millions de dollars, qui n'a que six ans. C'est le point culminant du coup d'État militaire de l'année dernière qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu du pays et installé une junte militaire qui a déclaré la présence militaire américaine dans ce pays « illégale ».

« Le Premier ministre nous a demandé de retirer les forces américaines, et nous avons accepté de le faire », a déclaré un haut responsable du Département d'État au Washington Post dans une interview. Ce responsable, comme d’autres, s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour évoquer la situation sensible.

La décision a été prise vendredi lors d'une réunion entre le secrétaire d'État adjoint Kurt Campbell et le Premier ministre nigérien Ali Lamine Zein.

Le haut responsable du Département d’État a déclaré : « Nous avons convenu d’entamer des négociations d’ici quelques jours sur la manière d’élaborer un plan » de retrait des troupes. « Ils ont convenu que nous devrions le faire de manière organisée et responsable. Peut-être devrions-nous envoyer des gens à Niamey pour s'asseoir et en discuter. Ce serait bien sûr un projet pour le ministère de la Défense. »

READ  La carte montre la dernière épidémie en Chine continentale avec des cas à delta élevé

Un porte-parole du Pentagone n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

Les États-Unis ont suspendu leur coopération en matière de sécurité avec le Niger, limitant ainsi leurs activités, notamment les vols de drones non armés. Mais les militaires américains sont restés dans le pays, incapables d’assumer leurs responsabilités et ayant le sentiment que les dirigeants de l’ambassade américaine les ont laissés dans le noir alors que les négociations se poursuivaient, selon une récente plainte d’un lanceur d’alerte.

La région du Sahel, qui comprend le Mali et le Burkina Faso voisins, est devenue ces dernières années un foyer mondial d’extrémisme islamique, et le Niger a connu une augmentation significative de ces attaques à la suite du coup d’État. Pour les responsables américains qui considéraient Al-Qaïda comme une importante ressource antiterroriste, l’accord de retrait représente un revers majeur. « Je pense qu’il est indéniable qu’il s’agissait d’une plateforme dans une partie unique de la géographie africaine », a déclaré le responsable du Département d’État.

Pendant des années, le Pentagone a déployé au Niger un mélange composé principalement de personnel de l’armée de l’air et de l’armée pour soutenir la mission de contrôle des groupes armés dans la région. Jusqu'au coup d'État de l'année dernière, les arrangements prévoyaient des vols de drones antiterroristes et la participation des forces américaines et nigériennes à certaines patrouilles.

L'avis d'évacuation du Niger le mois dernier est intervenu après des réunions tendues avec de hauts responsables du Département d'État et du Pentagone, que les dirigeants nigériens ont accusés d'essayer d'imposer à ce pays d'Afrique de l'Ouest d'avoir aucune relation avec l'Iran, la Russie ou tout autre adversaire des États-Unis.

READ  L'UE dit non reconnaissance des talibans, pas de pourparlers politiques

Les efforts déployés par de hauts responsables américains pour persuader le Niger de revenir sur la voie démocratique afin que l'aide américaine puisse reprendre n'ont guère progressé.

La semaine dernière, au moins 100 entraîneurs militaires russes sont arrivés à Niamey, marquant une escalade des relations sécuritaires entre le Niger et Moscou, qui, selon les analystes, pourrait rendre difficile, voire impossible, la poursuite de la coopération sécuritaire américaine. Des reportages de la télévision d'État nigérienne ont indiqué que des formateurs russes fourniraient une formation et des équipements – notamment un système de défense aérienne – au Niger.

Lors de discussions avec des responsables américains, la junte a affirmé qu'une fois que les formateurs russes auraient dispensé une formation sur l'équipement, ils partiraient. « Ils soulignent (…) qu'ils ne sont pas intéressés par une présence militaire de Russie ou d'ailleurs », a déclaré le responsable du Département d'Etat, reconnaissant qu'il était impossible de savoir si cela était vrai à long terme. « Je ne peux pas prédire où cela va nous mener. »

Le week-end dernier, des centaines de manifestants se sont rassemblés à Niamey pour une manifestation largement pacifique, scandant et brandissant des pancartes exigeant le départ des forces américaines.

Si l'accord de départ représente un revers majeur pour les responsables américains, le haut responsable du Département d'État a exprimé l'espoir que les relations avec le Niger se relanceraient dans les domaines extérieurs à la coopération militaire. « Le Premier ministre a cherché à plusieurs reprises à souligner qu'il valorise le partenariat historique avec les États-Unis et qu'il cherche à maintenir et à approfondir notre partenariat dans d'autres secteurs », a déclaré le responsable.

READ  Le gouverneur de l'État nigérian annonce la libération de 137 étudiants kidnappés par des hommes armés au Nigeria

Avant que le Niger ne cherche à expulser l’armée américaine, il a forcé le retrait des forces françaises, qui ont mené des opérations antiterroristes contre les groupes extrémistes dans la région au cours de la dernière décennie, mais sont devenues une force postcoloniale impopulaire. Les responsables américains affirment que Washington ne quittera pas le Niger dans les mêmes conditions que Paris.

Le responsable du ministère des Affaires étrangères a déclaré : « Ils ne veulent pas nous traiter comme les Français, et ils ne veulent pas torpiller les relations comme ils l’ont fait avec les Français. »

Mais les responsables américains ont de grandes réserves à l'égard de la junte, qui, selon eux, a parlé lorsqu'on lui a demandé de parler de ses progrès dans la transition politique et des raisons pour lesquelles elle n'a pas pris de mesures spécifiques autres qu'un vague engagement à organiser des élections après l'éviction des dirigeants élus du Niger. . Washington s'inquiète également de la dérive du Niger vers Moscou sur les questions de sécurité.

Dan Lamothe à Washington et Rachel Chasson à Dakar, au Sénégal, ont contribué à ce rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *