Les Haïtiens sont prudemment optimistes alors que la police kenyane est déployée pour la première fois

PORT-AU-PRINCE (Reuters) – Les habitants de Port-au-Prince, la capitale haïtienne, ont exprimé un espoir prudent après l’arrivée du premier contingent de policiers kenyans dans ce pays des Caraïbes, dans le cadre d’une mission très attendue visant à aider la police à lutter contre les gangs armés.

Quelques centaines de policiers kenyans sont arrivés en Haïti cette semaine pour diriger une mission approuvée par l’ONU et qui devrait compter plus de 2 500 personnes – même si l’on ne sait pas exactement quand les troupes restantes pourraient arriver.

Jean-Louis Pierre, un habitant de Port-au-Prince, a déclaré à Reuters qu’il espérait que le déploiement kenyan serait utile, mais seulement s’ils restaient suffisamment longtemps pour assurer une sécurité durable.

« Maintenant que les troupes sont arrivées, le pays peut s’améliorer, mais il doit survivre », a déclaré Pierre. « Quelques mois ou un an ne suffisent pas car le pays tombera dans le même problème ».

Le mandat initial de 12 mois de la mission devrait se terminer en octobre. Les missions précédentes en Haïti ont provoqué la mort de civils, une épidémie mortelle de choléra et un scandale d’agression sexuelle pour lequel les victimes n’ont jamais été indemnisées.

Le précédent gouvernement haïtien avait demandé cette force en 2022, mais les gangs se sont depuis unis dans une alliance commune et ont pris le contrôle de vastes pans de la capitale, entraînant des meurtres aveugles, des enlèvements contre rançon, des violences sexuelles massives et paralysant la circulation des personnes et des biens. .

Bien que certaines activités aient progressivement repris au cours du mois dernier, les Nations Unies estiment que cinq millions de personnes ont du mal à nourrir leurs familles et que plus d’un demi-million de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays.

READ  Biden rencontre le dirigeant finlandais alors que la Russie irrite ses voisins européens

Le nouveau Premier ministre Gary Connell a déclaré mercredi aux journalistes qu’il reprendrait le pays « petit à petit ».

Mais alors même que la police kenyane arrivait, une vidéo non vérifiée circulant sur les réseaux sociaux montrait le chef de gang Jimmy « BBQ » Scherizer, qui servait de porte-parole de l’alliance du gang, rassemblant ses hommes.

Scherizer a crié : « C’est le Kenya : tirez ! » Il a ajouté : « Nous ne nous soucions pas de savoir si vous êtes blanc ou noir. Si vous n’êtes pas Haïtien et que vous êtes sur le terrain, nous vous considérons comme un envahisseur. »

Dans la vidéo, Scherizer dirigeait des dizaines de ses partisans portant des fusils, le visage couvert de cagoules ou de masques.

Connell a exhorté les groupes armés à déposer les armes, et les groupes humanitaires ont exprimé leur inquiétude quant aux civils qui pourraient être pris entre deux feux. Les Nations Unies estiment que près de la moitié des recrues des gangs sont des enfants.

« La plupart des jeunes sont armés désormais. Ils mangent et boivent grâce à ces armes », a déclaré Finnart Simonyi, étudiant, à Reuters.

« Je ne veux pas être à leur place et je demande à Dieu de ne pas me mettre à cette place. Ce dont le pays a besoin, c’est de travail pour que les jeunes puissent bien vivre. »

(Reportage de Stephen Aristell, Harold Isaacs et Sarah Moreland ; édité par Michael Perry)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *