Les images prises au plus profond du réacteur de Fukushima en fusion montrent les dégâts, mais laissent de nombreuses questions sans réponse.

TOKYO (AP) — Les images prises par des drones miniatures depuis les profondeurs d'un réacteur gravement endommagé de la centrale nucléaire de Fukushima montrent des équipements de contrôle et des matériaux mutilés, mais elles laissent de nombreuses questions sans réponse, soulignant la tâche ardue de mettre la centrale hors service.

Les 12 photos publiées par l'exploitant de la centrale sont les premières prises depuis l'intérieur du support structurel principal appelé base dans la cuve de confinement primaire du réacteur n°1 le plus durement touché, une zone située directement sous le cœur du réacteur. Les autorités espéraient depuis longtemps se rendre sur place pour examiner le combustible nucléaire fondu qui s'y était échappé lorsque les systèmes de refroidissement de la centrale avaient été endommagés par un tremblement de terre et un tsunami massifs en 2011.

Les tentatives précédentes utilisant des robots n’ont pas permis d’atteindre la zone. L'enquête de deux jours utilisant de petits drones a été achevée la semaine dernière par Tokyo Electric Power Holdings Co., ou TEPCO, qui a publié les images lundi.

Environ 880 tonnes de combustible nucléaire fondu hautement radioactif restent à l'intérieur des trois réacteurs endommagés. TEPCO tente d'en savoir plus sur son emplacement et son état afin de faciliter son retrait afin que la centrale puisse être déclassée.

Des images couleur haute définition prises par des drones montrent des objets bruns de différentes formes et tailles suspendus à différents endroits à la base de la statue. Des parties du mécanisme d'entraînement des barres de commande, qui contrôlent la réaction nucléaire en chaîne, ainsi que d'autres équipements associés au noyau ont été déplacés.

READ  Le dernier vaccin Covid-19 et l'actualité mondiale

Les responsables de TEPCO ont déclaré qu'ils ne pouvaient pas dire si les blocs suspendus étaient du combustible fondu ou de l'équipement fondu sans obtenir d'autres données telles que les niveaux de rayonnement. Les drones ne transportaient pas de dosimètres pour mesurer les rayonnements car ils devaient être légers et maniables.

Les responsables ont déclaré que les caméras des drones étaient incapables de voir le fond du cœur du réacteur, en partie à cause de l'obscurité de la cuve de confinement. Ils ont déclaré que les informations de la sonde pourraient aider les futures enquêtes sur les débris en fusion, ce qui est essentiel au développement des technologies et de la robotique nécessaires pour les éliminer.

Mais le grand nombre d’informations qui restent inconnues à l’intérieur des réacteurs montre à quel point la tâche est difficile. Les critiques estiment que l'objectif de 30 à 40 ans fixé par le gouvernement et TEPCO pour nettoyer l'usine est trop optimiste.

Le rappel des poids lourds a déjà été retardé depuis des années en raison d'obstacles techniques et du manque de données.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *