Les islamistes algériens cherchent à remporter les premières élections depuis la guerre civile

Écrit par Lamine Sheikhi

ALGERIE (Reuters) – Les partis islamistes algériens s’attendent à remporter les élections législatives de juin et à jouer un rôle majeur au sein du gouvernement dans le cadre d’une stratégie visant à renforcer progressivement leur influence dans un régime longtemps dominé par l’armée laïque et considéré avec méfiance.

Alors que l’armée conservera le pouvoir ultime, les islamistes exploitent les troubles politiques causés par les manifestations de masse qui ont renversé le président vétéran Abdelaziz Bouteflika en 2019.

Le mouvement de protestation Hirak, en grande partie laïque, organise toujours des manifestations hebdomadaires appelant au nettoyage complet de l’ancienne élite dirigeante et boycottant les élections, les considérant comme une farce tant que l’armée et ses alliés conserveront le pouvoir absolu.

Cela laisse une voie claire aux islamistes pour gagner les voix des anciens partis nationalistes, qui ont emprisonné de hauts responsables pour corruption après les manifestations mais sont toujours liés à Bouteflika.

“Nous nous attendons à être à l’avant-garde”, a déclaré Abdelkader Bin Quraina, chef du mouvement de la construction à son siège à Alger, soulignant que son parti estime que son rôle est d’œuvrer pour la réforme.

Les analystes affirment que si les islamistes remportaient les élections, le président Abdelmadjid Tebboune pourrait en nommer près d’une douzaine à des postes ministériels à la Société nord-africaine de production d’énergie, mais pas dans les principaux portefeuilles de l’intérieur, des finances ou de la justice.

Comme la plupart des autres partis islamistes algériens, le mouvement Binaa s’est ouvertement concentré sur l’économie et l’efficacité du gouvernement, plutôt que sur l’ambition plus large du mouvement d’incorporer la loi islamique dans la constitution.

READ  Le Conseil des sports de Dubaï lance un programme de développement du joueur professionnel à Dubaï

“Dans de nombreux cas, le gouvernement a montré qu’il est incapable de faire face aux problèmes de la vie quotidienne”, a déclaré Bnagrina, ajoutant que son parti au Conseil des ministres fera “partie de l’équipe … pour traiter les questions politiques, problèmes économiques et sociaux en Algérie. “

Son programme officiel se concentre sur les réformes de l’économie de marché libre et l’introduction de la finance islamique, mais s’éloigne des questions sociales, bien que les défenseurs des droits des femmes craignent qu’il essaie d’entraver les réformes du droit de la famille qui limitent les libertés des femmes.

La Bnqrina a remporté 1,5 million de voix lors de l’élection présidentielle de 2019, et les analystes estiment que le mouvement Binaa, qui s’est séparé d’un autre parti islamiste en 2014, devrait venir en premier aux élections de juin.

Lors de la dernière victoire des islamistes en 1992, l’armée a annulé le vote, entraînant une révolte militante et une guerre civile qui ont tué 200 000 Algériens avant de se terminer en 1999. Depuis lors, les partis islamistes ont participé à la politique électorale mais n’ont annoncé que des positions modérées.

Mohamed Mouloudi, un éditeur algérien et expert des affaires islamiques dans le pays, a déclaré: “Les partis islamiques ont acquis une grande expérience politique depuis les années 1990 … La participation politique, et non la confrontation, est la marque de fabrique des partis islamistes algériens aujourd’hui.”

Chance

Alors que de hauts responsables sont emprisonnés pour corruption et que l’armée est toujours admirée pour son rôle en aidant l’Algérie à obtenir son indépendance de la France en 1962, le mouvement de protestation Hirak attire maintenant des dizaines de milliers, et non des millions, à ses manifestations.

READ  L'entraîneur de Zamalek s'attend au fair-play dans le match décisif entre l'Espérance et le Mouloudia Algérie - Football égyptien - Sport

Des personnalités importantes du mouvement ne s’opposent pas aux partis islamistes eux-mêmes, mais les critiquent plutôt pour leur soutien à ce qu’ils disent être un régime illégal.

“Depuis l’indépendance de l’Algérie, les élections n’ont jamais été une solution au problème de la légitimité … Le Parlement a toujours été un outil entre les mains du régime pour faire voter les lois qui le servent”, a déclaré Samir Belarbi, une personnalité de premier plan en Algérie. Le mouvement de protestation n’a pas de chef.

Le Rassemblement constitutionnel démocratique, un parti politique pro-démocratie, a déclaré qu’il boycotterait également les élections. Son chef, Mohsen Bel Abbas, a déclaré: “Les Algériens nous ont dit de ne pas approuver la feuille de route du régime au pouvoir”.

Malgré leur soutien public au mouvement de protestation, la plupart des partis islamistes ont ignoré leurs appels antérieurs à boycotter les élections.

Son chef, Abdullah Jaballah, a maintenant déclaré à Reuters que même le Parti de la justice, qui avait précédemment rejoint le boycott, prévoyait d’y participer.

“La participation ne signifie pas soutenir le système, mais plutôt un moyen légal d’exprimer notre opposition”, a-t-il déclaré.

(Préparé par Lamine Sheikhi, édité par Angus McDowall et Philippa Fletcher)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *