Les islamistes algériens et tunisiens imaginent un petit Maroc sans le Maroc

Les dirigeants des partis algérien et tunisien des Frères musulmans, aveuglés par leur antisémitisme endémique, ont appelé à une union maghrébine excluant le Maroc.

Le chef du Mouvement islamique algérien, Abd al-Razzaq Maqri, a appelé à une Union du Maghreb sans le Maroc car elle avait des relations normalisées avec Israël.

Le chef du Front islamique du Conseil militaire a déclaré lors d’une conférence de presse à Alger: “Nous devons exclure les Marocains car ils ont rapproché l’ennemi sioniste de nos frontières et donc nous ne leur faisons plus confiance”.

Ses déclarations anti-marocaines font écho aux déclarations de son homologue, Rachid Ghannouchi, chef du parti Ennahda en Tunisie, qui a déclaré dans un entretien avec Diwan FM Tunisie qu’il vaut mieux construire une Union maghrébine entre l’Algérie, la Tunisie et la Libye.

Ghannouchi a également appelé les trois pays à ouvrir les frontières, à adopter une monnaie unique et à établir des partenariats agricoles et industriels.

Ghannouchi a exclu le Maroc et la Mauritanie en raison de la reprise des relations du Maroc avec Israël et rapporte que la Mauritanie suivra son exemple.

Les positions des deux partis politiques montrent que l’extrémisme idéologique et l’hostilité envers les juifs priment sur les intérêts nationaux.

Ghannouchi a également fait la lumière sur la situation en Libye, qu’il a qualifiée de marché susceptible d’absorber les chômeurs en Tunisie.

Il vaut mieux que les deux islamistes se souviennent de ce qui a été fait les années précédentes et de ce qui a empêché l’intégration des trois pays au lieu de réparer leurs échecs sur le Maroc, lieu de lancement de l’Union maghrébine.

READ  Salon de la Chine et des pays arabes en août pour approfondir la coopération économique à l'ère post-Covid

Si le conflit du Sahara et le soutien de l’Algérie à la sécession au sud du Maroc semblent être une cause de tension entre Rabat et l’Algérie, on peut se demander ce qui a été réalisé entre la Tunisie et l’Algérie. Il n’y a pas de différend territorial entre les deux pays, mais le niveau des échanges et de l’intégration laisse beaucoup à désirer.

La Libye, vers laquelle Ghannouchi veut exporter le problème de l’emploi tunisien, est embourbée dans le conflit depuis le renversement de Kadhafi. Ni la Tunisie ni l’Algérie n’ont contribué à rapprocher les parties belligérantes.

Au lieu de cela, le Maroc est devenu un partenaire fiable pour les Libyens, offrant des conditions favorables à un dialogue national menant à l’Accord de Skhirat en 2015 pour ouvrir la voie à un gouvernement de transition.

Rabat poursuit ses efforts pour rapprocher ses rivaux libyens en accueillant des pourparlers de Bouznika pour aider les Libyens à ouvrir la voie à des institutions nationales unifiées.

Avec la Mauritanie, considérée par les Frères musulmans en Tunisie et en Algérie comme un pays lointain, le Maroc est le principal partenaire commercial.

Les déclarations des islamistes reflètent également la position zéro jeu envers l’intégration du Maghreb dans le système algérien, qui maintenait l’économie algérienne sous la domination du pétrole et manquait de compétitivité.

Les responsables algériens estiment que le Maroc bénéficiera grandement de l’ouverture des frontières car il a une économie diversifiée, des exportations compétitives et une infrastructure touristique attrayante qui attirera des millions d’Algériens chaque année. Mais ils ignorent que s’ils perdent à court terme, ils devraient gagner à long terme car la compétitivité ne peut être renforcée que par l’ouverture des frontières et des échanges.

READ  La Mauritanie retire la reconnaissance de la République autoproclamée Polisario en tant que RASD

Dans un discours prononcé à l’occasion du retour du Maroc à l’Union africaine en janvier 2017, le roi Mohammed VI a exprimé son mécontentement que «la flamme de l’Union du Maghreb arabe s’est estompée, car la foi dans l’intérêt commun s’est estompée!»

L’élan rassembleur de l’idéal maghrébin, défendu par les pionniers dans les années 50, a été trahi. Aujourd’hui, nous sommes désolés de voir que l’Union du Maghreb est la région la moins intégrée du continent africain, sinon du monde entier.

En attendant que les dirigeants maghrébins reprennent leurs esprits, le Maroc se présente comme une nation insulaire qui diversifie ses partenaires et recherche des partenariats gagnant-gagnant, notamment en Afrique, et renforce et diversifie son économie pour être bien positionnée pour agir comme une locomotive lorsque le Maghreb l’intégration vient. Pour porter du fruit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *