Les lois en Algérie restreignent le travail missionnaire

11/12/2022 Algérie (International Christian Concern) – Les autorités algériennes ont rendu difficile pour les missionnaires d’évangéliser ou de défier la foi islamique à quelque titre que ce soit. Alors que le gouvernement algérien a publié des décrets et des restrictions sur les organisations religieuses non musulmanes, toute tentative d’attirer plus de MBB se heurte à l’hostilité, à l’emprisonnement et à de lourdes amendes.

Aujourd’hui, l’Algérie est estimée à environ 99% de musulmans sunnites, et les lois régissant le blasphème, l’anti-conversion et le culte sont des facteurs majeurs qui rendent impossible le travail missionnaire ici. Selon la Commission des États-Unis pour la liberté internationale (USCIRF), les lois sur le blasphème « criminalisent le blasphème. autre moyen’ trois à cinq Emprisonnement pouvant aller jusqu’à ans et/ou amendes comprises entre 50 000 et 100 000 dinars algériens (environ 350 à 710 USD). » Cela signifie que tout ce qui peut être dit ou vu contre les croyances musulmanes est un crime. Les lois anti-conversion incluent tout acte qui « trompe » un musulman pour qu’il se convertisse à une autre religion. Enfin, les lois régissant le culte permettent aux chrétiens d’entrer dans les lieux de culte et discriminent délibérément les minorités religieuses, ce qui rend difficile la fréquentation régulière et la jouissance de ces lieux de culte. Vous pouvez trouver des histoires similaires sur la façon dont ces lois persécutent les chrétiens Ici.

L’Algérie a spécifiquement créé ces lois pour décourager la pratique des organisations confessionnelles en dehors de la secte musulmane sunnite, qui peut entraîner des travaux dangereux et coûteux.

READ  Eni démarre la production de deux gisements de gaz en Algérie dans le cadre du nouveau contrat Bergin Sud - Eurasia Review

Pour des entrevues, contactez :[email protected]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.