Les PDG du Moyen-Orient sont optimistes quant à la croissance économique et à l'intégration de l'IA : étude

RIYAD : Un quartier négligé de Budapest devrait être rénové grâce à un accord de 5 milliards d'euros (5,5 milliards de dollars) avec Dubaï, selon Bloomberg.

La Hongrie et les Émirats arabes unis ont officiellement conclu un accord pour rénover un quartier de Budapest à la manière de Dubaï, mais Bloomberg a rapporté que le projet « a suscité des critiques avant même d'être officialisé ».

Aux termes de l'accord, Eagle Hills Properties coopérera avec le gouvernement pour transformer la gare partiellement abandonnée, a annoncé le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjártó à l'issue de la cérémonie de signature avec le ministre d'État au Commerce extérieur des Émirats arabes unis, Thani Al Zeyoudi.

En 2023, le ministre hongrois János Lazar a révélé que les autorités envisageaient d'investir près d'un milliard d'euros dans le renforcement des infrastructures entourant la région. Selon Lazar, le Premier ministre Viktor Orbán a souligné la nécessité d'un grand projet qui évoque le design de Dubaï.

Cependant, le développement proposé s'est heurté à la résistance du gouvernement municipal, qui considère l'introduction d'un centre moderne comme incompatible avec l'horizon historique de Budapest, caractérisé par l'absence de gratte-ciel imposants synonymes du paysage urbain de la ville des Émirats arabes unis.

Eagle Hills, dont le siège est à Abu Dhabi, est l'un des principaux promoteurs du Golfe avec des projets à grande échelle en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient.

La société étend sa présence dans les zones nécessitant des espaces résidentiels et commerciaux modernes et dispose de grands projets de développement à usage mixte en Albanie, en Serbie et en Éthiopie.

READ  L'apaisement de la pression inflationniste renforce la confiance des Hispaniques dans l'économie américaine

A noter qu'Eagle Hills est dirigé par Mohamed Alabbar, responsable d'Emaar Properties PJSC, qui a construit la Burj Khalifa à Dubaï, la plus haute tour du monde.

Les Émirats arabes unis ont également investi dans des pays arabes comme l'Égypte, où ils ont récemment signé un accord de financement de 35 milliards de dollars à Ras El Hekma, une zone située sur la côte méditerranéenne à 350 kilomètres au nord-ouest du Caire.

L'économie du pays devrait croître de 5 % en 2024, selon le ministre de l'Economie Abdullah bin Touq Al Marri.

Il a déclaré dans une interview à l'agence de presse des Émirats que plus de 73 pour cent de l'économie nationale est désormais non pétrolière, ce qui constitue un précédent historique pour l'État.

Ses prévisions étaient conformes aux évaluations du ministère des Finances et de Standard & Poor's Global, qui prévoyaient une croissance de 5,7 pour cent et 5 pour cent, respectivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *