Les prêtres catholiques de France « doivent signaler les plaintes d’abus entendus en confession » | catholicisme

Si les prêtres catholiques entendent toutes les allégations d’abus sexuels sur des enfants dans le secret du confessionnal, le ministre français de l’Intérieur a déclaré après avoir dénoncé le grand évêque de France que le secret de la confession catholique est “au-dessus”. Lois de la République. “

La France a été abasourdie la semaine dernière par la publication d’un rapport indépendant catastrophique qui a révélé qu’au moins 330 000 enfants au cours des 70 dernières années avaient été agressés sexuellement par le clergé catholique et les institutions religieuses et avaient dissimulé des crimes. La bonne voie »par l’église.

L’archevêque de France, Eric de Moulins-Beaufort, a d’abord exprimé « de la honte et de l’horreur » dans le rapport, mais quelques jours plus tard, il a rejeté la recommandation de la commission selon laquelle tout cas de maltraitance d’enfants qu’il aurait appris devrait être signalé à la police. Pendant la confession

Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, a déclaré à François François : « La confession est secrète et c’est une nécessité – en un sens, elle transcende les lois de la République. Elle crée un espace libre pour parler devant Dieu. “

Le ministre de l’Intérieur a convoqué mardi Moulins-Beaufort pour une longue réunion, au cours de laquelle il a précisé que le secret professionnel – y compris une confession catholique – ne s’applique pas à la divulgation d’affaires pénales liées à des abus sexuels sur des enfants. Rapport à la police et à la justice.

Dès la fin de la réunion, Dormann a été félicité par les parlementaires à l’Assemblée nationale : « Je lui ai dit ce que je dis à toutes les religions : il n’y a pas de loi supérieure aux lois de l’Assemblée nationale et du Sénat… La République française respecte toutes les religions à partir du moment où elle respecte les lois de la République et de la République.”

À la suite de la réunion, de Moulins-Beaufort a publié la semaine dernière une déclaration s’excusant auprès des personnes qui avaient été offensées par ses commentaires. L’étendue des abus décrits dans le rapport de la Conférence des évêques de France a appelé l’Église à reconsidérer ses pratiques et à travailler pour « aligner la nature de la confession avec la nécessité de protéger les enfants ».

Le président Emmanuel Macron, qui a critiqué les musulmans conservateurs radicaux dans le passé, a décrit les tentatives de renversement de la loi française et a demandé au ministre de l’Intérieur de tenir une réunion avec l’évêque catholique “pour s’assurer que les choses sont claires”. Un porte-parole du gouvernement a déclaré la semaine dernière.

“Les lois républicaines n’ont pas de préséance dans notre pays”, a déclaré le porte-parole Gabriel Attal.

Moulins-Beaufort a été indigné par des groupes de victimes qui ont avoué avoir péché lorsqu’elles ont été abusées sexuellement par des prêtres. .

READ  La nouvelle variante SARS-CoV-2 en France semble indétectable par PCR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *