Les relations algéro-égyptiennes sur la Libye en danger – Surveillance Moyen-Orient

Des témoignages diplomatiques égyptiens ont révélé que les relations entre l’Egypte et l’Algérie sont « en péril » en raison de divergences d’opinion flagrantes concernant le dossier libyen. Al-Arabi Al-Jadeed Site d’actualités.

Les preuves suggèrent que les responsables égyptiens ont été choqués de voir le président algérien Abdelmadjit Debon accueillir le Premier ministre libyen Abdul Hamid Djibouti et qu’il n’avait pas l’intention de forcer Djibouti à céder le pouvoir à Fati Pacha, qui a été élu par la Chambre des représentants basée à l’Est. Plutôt que de le soutenir.

« Dbeibeh a récemment sollicité le soutien de l’Algérie, profitant de son refus de prolonger la phase intérimaire en Libye et d’organiser des élections dès que possible », a indiqué la source.

Les tensions dans les relations entre l’Égypte et l’Algérie étaient fortes en février lorsque l’Algérie, l’Éthiopie, le Nigéria et l’Afrique du Sud ont annoncé la formation d’un bloc de quatre nations (G4) visant à résoudre divers problèmes auxquels l’Afrique est confrontée.

Lire : Les gouvernements rivaux de la Libye se réunissent en Égypte pour discuter des élections

Les preuves ont expliqué que les dirigeants politiques égyptiens considéraient que la décision était « directement ciblée », notamment en incluant l’Éthiopie dans la coalition, tout en ne s’approchant pas du Caire pour rejoindre l’Algérie.

Le diplomate a souligné que la question s’est transformée en un conflit égypto-algérien en Libye, où chaque partie soutient l’un des deux gouvernements rivaux, alors que « la vraie crise pour le Caire est l’alignement de la position algérienne ». La position de la mission des Nations unies est obtenir un large soutien international. »

READ  La Russie confirme que les exercices avec l'Algérie ne sont pas dirigés contre des tiers

Dans une interview diffusée à la télévision d’Etat samedi soir, le président algérien a pointé ses divergences avec l’Egypte sur le dossier libyen.

« Le gouvernement libyen qui jouit d’une légitimité internationale est le gouvernement Dbeibeh », a déclaré Debon dans une interview, exhortant l’Algérie à adhérer au droit international en faveur d’un gouvernement internationalement reconnu et rejetant la décision unilatérale proposée par l’Égypte. Dans le cadre de la nomination du gouvernement Pashaka.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.