Les tentatives américaines d’imposer des sanctions économiques à l’Algérie ont fait sensation

L’ambassadrice des États-Unis en Algérie, Elizabeth Moore Aubin, a commenté dimanche la demande de plusieurs membres du Congrès américain d’autoriser Washington à sanctionner le vaste commerce d’armes de l’Algérie avec la Russie, affirmant que cela faisait partie de son travail diplomatique d’expliquer la loi américaine aux responsables algériens.

« Les autorités algériennes prendront des décisions souveraines pour ce pays », a-t-il insisté dans un entretien à Interlines.

Lorsqu’on lui a demandé si des sanctions contre l’Algérie étaient possibles, Moore a répondu : « Je ne peux pas répondre à une question hypothétique ».

C’est la première fois qu’un responsable du gouvernement américain commente une demande de 27 membres du Congrès le mois dernier d’imposer des sanctions à l’Algérie pour ses accords d’armement avec la Russie.

Lorsqu’on lui a demandé si Washington était prêt à vendre des armes à l’Algérie, Moore a répondu que le gouvernement américain entretenait de solides relations commerciales avec l’Algérie, y compris des ventes commerciales directes à l’armée algérienne.

Il a déclaré que son pays était toujours ouvert à discuter avec l’Algérie d’autres moyens d’acheter des armes, y compris les ventes militaires à l’étranger.

À la fin du mois dernier, plusieurs membres du Congrès américain, dirigés par la républicaine Lisa McClain, ont écrit au secrétaire d’État Anthony Blinken pour exprimer leurs inquiétudes concernant les récents rapports sur les liens toujours croissants entre la Russie et l’Algérie.

La lettre faisait état d’accords d’armement militaire entre la Russie et l’Algérie, et l’année dernière seulement, l’Algérie a finalisé des achats d’armes avec Moscou pour un total de plus de 7 milliards de dollars et a accepté d’acheter des avions de combat russes avancés, dont le Sukhoi 57.

READ  Sahara Occidental: le Maroc et l'Algérie retranchés sur leurs positions, peu disposés au compromis

Les cosignataires de la lettre ont souligné que le transfert militaire faisait de l’Algérie le troisième destinataire mondial d’armes russes.

Ils ont appelé à la mise en œuvre du Countering America’s Adversaries Act (CAATSA), que le Congrès a adopté en 2017.

« Cette loi ordonne au président des États-Unis d’imposer des sanctions aux personnes qui s’engagent sciemment dans des transactions importantes avec une personne agissant dans le cadre ou au nom des services de sécurité ou de renseignement du gouvernement russe », ont écrit les cosignataires dans leur lettre.

Ils ont ajouté que le récent achat d’armes entre l’Algérie et la Russie est clairement qualifié de « transaction importante » au titre de la CAATSA et qu’aucune sanction n’a été imposée par le Département d’État contre l’Algérie.

Le gouvernement algérien n’a pas commenté la demande des parlementaires.

Cependant, le Parti des travailleurs de gauche a considéré la demande comme une violation de la souveraineté de l’Algérie.

Youcef Aouchiche, premier secrétaire du Front des forces socialistes (FFS), a appelé les autorités algériennes à faire preuve de plus de responsabilité et à s’accorder sur une réponse commune à la demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.