L’extrême droite française remporte les élections régionales

Les candidats en tête ont causé un revers cuisant à l’extrême droite française lors des élections régionales de dimanche, contrecarrant ses espoirs de prendre le contrôle de la région pour la première fois et ralentissant son élan avant l’élection présidentielle de l’année prochaine.

La dirigeante du Rassemblement national, Marine Le Pen, a rapidement admis que le parti d’extrême droite anti-immigration n’avait remporté aucune des 12 régions de France. Elle a immédiatement attendu avec impatience l’élection présidentielle de l’année prochaine, affirmant qu’elle “semble plus que jamais être celle qui permet pour des changements dans la politique et les politiciens.” .

Le Pen s’est plaint que l’organisation des deux tours de scrutin au cours des week-ends successifs était “catastrophique et erratique”. Cependant, la performance du Rassemblement national lors des deuxièmes élections cruciales dimanche indique que le parti est toujours un anathème pour de nombreux électeurs. Il n’a pas recueilli plus de 20 % des voix au niveau national, a calculé l’agence de sondage Ifop, à la traîne de la droite dominante et de l’offre combinée des candidats verts et de gauche.

Plus particulièrement, l’Assemblée nationale a subi une défaite écrasante dans le sud-est, une zone considérée comme la meilleure chance de remporter une victoire majeure au scrutin du conseil régional.

Comme lors des précédentes élections nationales et locales, les électeurs ont mis de côté les divergences politiques au sein de l’Assemblée pour empêcher une percée de l’Assemblée nationale.

Les candidats du courant dominant ont protesté qu’ils avaient porté des coups sévères au parti d’extrême droite, anciennement appelé Front national. Les camps n’ont changé dans aucun district, la droite détenant les sept premiers et la gauche contrôlant toujours les cinq autres, selon les résultats officiels et les prévisions des agences de vote.

READ  Le Guatemala demande à la Russie de rembourser l'argent pour son incapacité à livrer le vaccin COVID-19 Spoutnik

A droite, l’actuel vainqueur Xavier Bertrand a protesté que le rassemblement national s’était non seulement « penché » dans son arrondissement, les Hauts-de-France dans le nord, mais « a pris trop de recul ».

Un autre vainqueur de la droite, Laurent Wokes, a déclaré que l’extrême droite n’avait “pas de place pour la prospérité” dans sa région, Auvergne Rhône-Alpes.

Bien que concentré sur des questions locales et marqué par une faible participation record, le vote régional a été examiné comme un test pour savoir si l’Assemblée nationale est acceptée. Le Pen a passé une décennie à essayer de secouer la réputation des extrémistes qui ont aliéné de nombreux électeurs français lors de la précédente apparition du parti sous le nom de Front national. L’échec renouvelé du parti à remporter la région suggère que Le Pen et son parti restent désagréables pour beaucoup avant l’élection présidentielle de 2022.

Mais l’intérêt des électeurs était également tiède, au mieux, avec seulement un tiers de participants. Parmi les rares qui ont voté, certains ont déploré que les jeunes électeurs, en particulier, semblaient manquer la dernière chance de voter avant l’élection présidentielle de 2022.

“C’est dommage”, a déclaré Suzette Lefèvre, une retraitée qui a voté à Saint-Quentin, dans le nord de la France. “Nos parents se sont battus pour cela et les gens ne font pas de même.”

Philip Corbones, un autre retraité qui a comparu à San Quentin, a estimé que les jeunes “ne croient peut-être pas en la politique”.

La faible participation de 33% au premier tour du scrutin le 20 juin s’est avérée particulièrement préjudiciable au rassemblement national et aux espoirs de Le Pen d’une percée régionale.

READ  La Turquie a annoncé un "verrouillage complet" à partir du 29 avril pour freiner la propagation du coronavirus

Les sondages d’opinion ont indiqué que le parti de Le Pen profite d’un certain élan. Mais cela n’a pas été prouvé dans les urnes. La principale question lors du second tour était de savoir si les électeurs se regrouperaient pour maintenir le parti de Le Pen hors du pouvoir comme ils l’avaient fait par le passé, choqués par son populisme anti-immigration, anti-UE et l’image raciste et antisémite qui s’accrochait au Front national fondé par son père Jean-Marie Le Pen.

Le parti a dominé le premier tour des dernières élections régionales en 2015, mais il s’est également effondré au second tour alors que les partis et les électeurs se sont rassemblés contre lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *