L'histoire de Rola Al Mayali, 7 ans, qui s'est noyée alors qu'elle tentait de rejoindre l'Angleterre avec sa famille

Une peluche Kiki bleue était posée sur le sol. A côté, des bouquets de roses, de jonquilles et de tulipes ont été placés. A l'extrémité sud du nouveau cimetière de la Grande-Sinthe, dans le nord de la France, à côté d'une route secondaire et sous une ligne à haute tension, repose désormais le corps de la petite Rolla Al Mayali. Né en Irak en 2016, il s'est noyé dimanche 3 mars dans le canal Aa, près de Watton, alors que ses parents tentaient de rejoindre le Royaume-Uni.

Le petit bateau de pêche fluviale sur lequel ils se sont embarqués dans la nuit a immédiatement chaviré avant de se diriger vers la mer du Nord. Sous le poids d'une vingtaine de personnes à bord, il a chaviré, piégeant la jeune fille dans la cabine.

Dans la partie musulmane du cimetière, la tombe de Rolla était recouverte d'une photographie placée dans la terre. Dans ce document, elle portait un t-shirt rose avec un imprimé licorne et souriait. « Elle n'a rien entendu, elle a juste suivi ses parents », a déclaré un jeune qui a assisté aux funérailles le 7 mars.

« Notre sœur excellait à l'école »

Moins de 100 personnes sont venues rendre hommage à la jeune Irakienne. Il s'agit principalement de militants d'ONG qui travaillent sur les plages, hébergent et soignent les plus vulnérables et distribuent de la nourriture à Calais et dans les camps voisins de Loon-Plage. Ils étaient avec les parents de la jeune fille, Mohamed et Nur, et ses trois frères, Muhaimen, 14 ans, Hassan, 10 ans, et Moamel, 8 ans. Les deux plus jeunes ont pleuré leur sœur aux côtés de leur mère enceinte de plus de huit mois. Le père a placé une poignée de terre qui avait recouvert le lieu de sépulture de sa fille dans un petit sac en plastique. Un sol qu’il n’aurait jamais imaginé fouler lorsqu’il a quitté Bagdad en 2017 pour travailler comme chauffeur de bus.

READ  Fabian Calti apporte sept changements que la France et l'Australie décident
Mohammed (le père) et Momel Al Mayali (un des frères de Rola Al Mayali) arrivent au cimetière de Grande-Sinthe le 7 mars 2024.
Le 7 mars 2024, lors des obsèques de Nour Al Mayali (centre), sa fille Rolla, dans l'enceinte du nouveau cimetière naturel de Grande-Sinthe.Le 7 mars 2024, lors des obsèques de Nour Al Mayali (centre), sa fille Rolla, dans l'enceinte du nouveau cimetière naturel de Grande-Sinde.

« Nous avons vécu en Grèce pendant trois ans et cinq mois et deux ans à Oldenburg, en Allemagne [Lower Saxony] », a-t-il déclaré. « Chaque fois, nos demandes d'asile ont été rejetées et nous avions peur d'être expulsés vers l'Irak. Si l'Allemagne nous avait donné les documents, ma fille ne serait pas morte.  » « Notre sœur était bonne à l'école », se souvient son fils aîné, Muhaimen, dans un anglais rudimentaire. « Nous ne pouvons pas rester en Europe à cause de Dublin. « , a-t-il déclaré en imitant les empreintes digitales avec ses mains. Le règlement de Dublin permet aux autorités d'un pays européen de déterminer si un ressortissant étranger a déjà été enregistré dans un autre État membre. En vertu de ce règlement, les pays peuvent refuser d'examiner une demande d'asile et la transférer. « Le réfugié est renvoyé dans le premier pays dans lequel il s'est enregistré. « Angleterre Nous n'avons pas d'autre choix que d'essayer d'y aller », a déclaré le père de famille de 42 ans. « Si nous demandons l'asile en France, nous serons 'Dublin'. '. renvoyé. »

Dans cet article, vous devriez lire 57,91 %. Le reste est réservé aux abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *