Li Changfu a été limogé de son poste de ministre de la Défense lors du deuxième choc de leadership chinois

La Chine a destitué le général Li Changfu En tant que ministre de la Défense, c’est le deuxième changement à la tête du pays en trois mois.

La China Central Broadcasting Corporation (CCTV) a rapporté mardi que Li avait été licencié sans explication. Cela fait suite à des semaines de spéculations sur le sort du général, qui fait l’objet de sanctions américaines et n’est pas apparu en public depuis fin août. La décision de le révoquer a été approuvée par le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale.

Li est le deuxième ministre à être brusquement limogé depuis que Xi Jinping a entamé son troisième mandat sans précédent à la tête du parti en octobre dernier. Chen-Gang Il a été remplacé au poste de ministre des Affaires étrangères en juillet par son prédécesseur, Wang Yi, après un retrait similaire et inexpliqué des engagements publics. La raison du licenciement de Chen est encore inconnue.

Li et Chen ont également été démis de leurs fonctions de conseillers d’État mardi, un rang plus élevé que celui des ministres ordinaires. Aucune alternative n’a été nommée.

02:49

De grandes questions politiques demeurent après le changement soudain de ministre des Affaires étrangères en Chine

De grandes questions politiques demeurent après le changement soudain de ministre des Affaires étrangères en Chine

L’annonce est intervenue quelques jours avant A Délégation du Pentagone Il devrait arriver à Pékin pour participer à un forum sur la sécurité régionale, ouvrant la voie à un dialogue militaire de haut niveau entre les deux parties, au point mort depuis longtemps.

Contrairement à leurs homologues occidentaux, les ministres chinois des Affaires étrangères et de la Défense sont avant tout des responsables de l’application des politiques, et non des décideurs de haut niveau.

READ  Singapour s'apprête à vacciner toutes les personnes éligibles contre le COVID-19

Li, 65 ans, a également été déchu de son adhésion à la Commission militaire centrale par la plus haute législature chinoise, selon un reportage de CCTV.

Le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, qui a conclu sa réunion bimensuelle mardi, a également nommé Liu Shaoyun à la tête du tribunal militaire chinois après que son prédécesseur, le général Zheng Dongfang, a quitté son poste en septembre. Il n’est pas clair si la nomination de Liu est liée au licenciement de Lee.

Le ministre chinois de la Défense a fait des débuts remarqués pour Shangri-La, mais une réunion s’est échappée

Il n’est pas non plus clair si la chute de Li est le signe avant-coureur de nouveaux changements dans l’establishment militaire, qui connaît la modernisation la plus spectaculaire de l’histoire chinoise. Xi s’est fixé pour objectif que l’Armée populaire de libération devienne la première force combattante du monde d’ici 2049, ce qui signifie atteindre la parité avec les États-Unis.

Aucun remplaçant pour Li n’a été annoncé.

D’autres arrivent…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *