L’intrigue s’alourdit à l’approche de la finale de la Ligue des champions

Les supporters espèrent qu’une autre décision controversée de la Confédération africaine de football ne gâchera pas ce qui devrait être un événement mémorable, avec beaucoup d’enjeux pour les entraîneurs également.

L’entraîneur d’Al Ahly Pitso Mosimane célèbre sa victoire 3-0 sur les Kaizer Chiefs d’Afrique du Sud lors de la finale de la CAF le samedi 17 juillet 2021. Photo : Twitter / AlAhlyEnglish

Cet article est paru pour la première fois dans nouveau cadre.

Comme s’il n’y avait pas assez de sous-intrigues pour le match du Wydad Casablanca avec Al-Ahly en finale de la Ligue des champions de la CAF le 30 mai, la Confédération africaine de football a ajouté un autre plan avec une décision discutable.

La Confédération africaine de football (CAF) a annoncé le stade Mohammed V de Casablanca, que le Wydad utilise comme stade, comme lieu « neutre » pour le match final entre les tenants du titre de la ligue nationale marocaine et la Ligue des champions continentale. Gagnants d’Égypte. Ce sera une démonstration de l’excellence du football africain, avec un intérêt au-delà des frontières du continent. Malheureusement, des problèmes de gestion ont de nouveau entravé la compétition entre les meilleurs clubs africains et menacent de faire la lumière sur le match.

Le scandale de cette année concerne la date et le lieu de la finale annoncés seulement après la confirmation des finalistes. Il se moque de la décision de la CAF de faire passer les finales de barrages aller-retour à un match unique dans un lieu neutre. Le bon sens dicte que la date et le lieu de la finale à une jambe de toute finale de la Ligue des champions doivent être connus avant qu’elle ne commence à éliminer tout semblant de parti pris.

Dans un bref communiqué, la CAF a semblé justifier sa position en pointant le retrait de toutes les autres candidatures, dont celle de la Fédération sénégalaise de football, faisant de la Fédération royale marocaine de football le seul soumissionnaire.

Selon les sources, un vote de qualification pour sélectionner le Maroc comme pays hôte a eu lieu fin avril, mais son résultat n’a pas été annoncé au public. Il a également été signalé que le président de la CAF, Patrice Motsebe, avait tenté d’organiser une discussion entre les chefs des fédérations marocaine et sénégalaise, Fouzi Lekjaa et Augustin Senghor, pour persuader le premier de déplacer la finale vers la nouvelle nation du Sénégal. Stade Art Abdoulaye Wade à Dakar. Cependant, toutes les tentatives de médiation ont échoué et le 17 mai, la Confédération africaine de football a finalement confirmé le stade.

READ  Le port français de Dunkerque propose d'interdire les rassemblements publics en raison de l'épidémie du virus Corona

Comme prévu, Al-Ahly a répondu par plusieurs demandes urgentes. Cela comprenait l’attribution de 50 % des billets à leurs supporters, la facilitation des procédures de visa pour les supporters en déplacement, la garantie de la sécurité des supporters et la nomination de l’un des meilleurs arbitres du continent pour arbitrer le match final. Ils ont également porté l’affaire devant le Tribunal arbitral du sport pour demander le report du match, mais ont perdu l’affaire.

Mosiman et les livres d’histoire

Lorsque l’arbitre sud-africain Victor Gomez a sifflé lundi soir, un véritable conflit d’entraînement va avoir lieu entre l’entraîneur sud-africain d’Al-Ahly Pitso Mosimane et Walid Rekraki du Wydad Casablanca.

Mosimane est un nom établi dans la compétition en raison de son succès sans précédent avec Mamelodi Sundowns. Cependant, étant devenu le premier entraîneur africain non égyptien à prendre en charge le club de la Corne de l’Afrique de la CAF, il semble qu’il ait pris sa stature à un autre niveau. En moins de deux ans, il a remporté deux fois la Ligue des champions avec Al-Ahly, deux titres en Supercoupe de la CAF et deux médailles de bronze en Coupe du monde des clubs.

Si son équipe gagnait, il deviendrait le premier entraîneur à remporter trois titres consécutifs en Ligue des champions, incitant à des comparaisons avec le Portugais Manuel Jose, un autre grand entraîneur d’Al Ahly. « Vous ne pouvez pas me comparer à Jose », a déclaré Mosiman à propos de la comparaison. « Après cinq ans, cette comparaison peut être faite. »

Cependant, les « Jingles », comme on les appelle en Afrique du Sud, pourraient ne pas atteindre cinq ans dans le club du Caire si leur souffrance actuelle perdure. Un minimum de doute s’est glissé dans l’esprit des fans d’Al Ahly ces derniers mois alors que les résultats désastreux de la ligue les ont laissés sous le choc. En fait, Al-Ahly entre dans cette finale en mauvais état n’ayant remporté qu’un seul de ses cinq matches précédents.

READ  Des athlètes algériens boycottent un événement sportif à cause de la participation d'Israël

« Bien que Mosimane ait formé une très bonne équipe, il a toujours du mal à vaincre des adversaires avec une mentalité défensive », a déclaré Hatem Maher, un journaliste sportif égyptien. « Dans la Ligue égyptienne, la plupart des équipes auxquelles ils sont confrontés s’assoient et défendent avec des chiffres, contrairement à la Ligue des champions, lorsqu’ils trouvent les espaces dont ils ont envie. »

Mosimane a fait passer les mauvais résultats au détriment des blessures. « Pourquoi pensez-vous que nous avons toutes ces blessures? Il a déclaré à la presse après son dernier match contre l’Enppi, que ce sont toutes des blessures musculaires dues à l’encombrement des matchs sans interruption, et il a mentionné Hamdi Fathi, Amr Al-Soulia, Muhammad Abdel Moneim, Yasser Ibrahim, Aliou Deng et Muhammad Al-Shennawi.

Cependant, cette explication ne suffit pas à certains partisans d’Al-Ahly, qui estiment que Mosiman devra faire ses valises si Al-Ahly ne réussit pas. « Les supporters sont divisés », a expliqué Ahmed Assem, l’un des supporters d’Al-Ahly. « Il y a un camp qui ne se concentre que sur l’histoire en remportant la Ligue des champions trois fois de suite. Si cela se produit, Pitsu sera l’un des meilleurs entraîneurs de notre histoire. Un autre camp dit que si nous perdons en finale et tombons en retard en championnat, il sera peut-être parti dans trois ou quatre mois. ».

Régragoy en altitude

De l’autre côté, les Marocains ont un jeune prodige essayant de créer son propre héritage. Reggari, comme le Sénégalais Aliou Cissé ou l’Algérien Djamel Belmadi, est un ancien international qui a grincé des dents avec un poste au club. Il semble qu’il soit prêt à prendre la tête de l’équipe nationale marocaine dès que l’occasion se présentera.

Amine Amri, le correspondant football marocain du quotidien suisse Le Matin, aime à décrire Regragui comme « un Maroc spécial ». « Aime [José] Mourinho, pragmatique, organise bien sa défense, sait parler à la presse. « Plus important encore, il connaît bien ses joueurs », a déclaré Al-Amiri. « Prenez le cas de Mohamed Al-Nuhairi, qui a toujours été arrière droit. El-Rekraki a examiné son corps et son intelligence et l’a déplacé vers la position d’arrière gauche bien qu’il soit son pied droit. Ce mouvement a pris fin. être permanent et Nehairi joue toujours à gauche à ce jour.

READ  La Ligue africaine de basket-ball dévoile le ballon officiel avant le début de la saison inaugurale historique

Il y a deux mois, lorsque les relations de l’entraîneur de l’équipe nationale Vahid Halilhodzic avec la Fédération marocaine se sont tendues, Regragui était l’un des rares noms sur une liste restreinte pour le remplacer. C’est peut-être trop tôt pour le joueur de 46 ans, mais si son équipe remporte la finale lundi, il pourrait être en passe de convaincre les grands noms du football marocain qu’il est prêt à prendre les commandes avec les Lions de l’Atlas. .

Outre la bataille d’entraînement, de nombreux aspects du match final sont intéressants et seront suivis de près par les passionnés de football africains. Pour ceux qui veulent observer la sous-culture des fans, le retour à grande échelle des supergroupes et autres fans fidèles au stade devrait produire des moments uniques, des tifo et des acclamations. Le Wydad Casablanca, en particulier, compte de célèbres groupes de supporters capables d’organiser des shows de synchronisation étonnants.

Il y a aussi l’histoire de Mosiman avec le Wydad. Le club a affronté à plusieurs reprises les Sundowns et leur a trouvé une pierre d’achoppement à Casablanca. Mais la performance des Brésiliens a gagné le respect des supporters du Wydad, certains réclamant même que Mosimane soit nommé entraîneur du club.

Les scouts auront de quoi garder un œil sur les deux côtés du terrain. Le derby nord-africain présente certains des meilleurs talents du continent, tels que les gardiens de but El Shennawy et Ahmed Reda Taqnaouti, le milieu de terrain Abdel Moneim, le milieu de terrain Deng et les attaquants Percy Tau et Ji Mbenza.

En fin de compte, l’espoir est que l’accent reste mis sur tout ce que le bon football africain local a à offrir, et que la mauvaise organisation de la finale ne se traduira pas par un autre scandale de la finale de la Ligue des champions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.