L’ONU affirme que la Suisse a des problèmes raciaux « systématiques »

Un rapport soumis lundi au Conseil des droits de l’homme des Nations unies indique que la Suisse souffre d’un grave problème systémique de racisme à l’égard des personnes d’ascendance africaine.

Le groupe de travail nommé par l’ONU a noté des préoccupations concernant la prévalence de la discrimination raciale dans le pays et a souligné plusieurs incidents à la suite d’une visite dans le pays.

La Suisse n’a jamais été une puissance coloniale, indique le rapport, mais ses banques, ses commerçants et ses municipalités ont investi massivement et ont bénéficié du commerce triangulaire outre-Atlantique.

Le rapport cite des efforts pour sensibiliser le public à des aspects de l’histoire suisse, comme une pétition et une discussion sur le retrait d’une statue d’un banquier dont la fortune dépendait de l’exploitation d’Africains réduits en esclavage, dans le canton de Neuchâtel.

Cependant, d’autres sont restés aimés comme Louis Agassiz, partisan du racisme scientifique, qui a donné son nom au sommet des Alpes.

Les experts ont déclaré que les jeux sur le terrain suisses se déroulent comme « Qui a peur de l’homme noir? » , qui a un effet de discrimination raciale.

Le rapport fait également état de brutalités policières « choquantes », notant la mort de plusieurs hommes noirs dans le canton de Vaud, dans l’ouest du pays.

« La prévalence omniprésente de ce mauvais comportement et de l’impunité indique un grave problème systémique », a-t-elle déclaré.

L’ambassadeur de Suisse auprès des Nations Unies à Genève a largement accepté les conclusions dans ses commentaires au conseil, même s’il était sceptique quant au fait que les experts aient utilisé un nombre limité d’exemples pour tirer des conclusions plus larges.

READ  Le Nigeria suspend Twitter après la suppression du tweet du président | Nigeria

« La Suisse partage votre observation selon laquelle le racisme et la discrimination raciale – y compris à l’encontre des personnes d’ascendance africaine – sont des problèmes qui doivent être traités de toute urgence », a déclaré lundi Jörg Lauber au Conseil des droits de l’homme à Genève.

Il a souligné que de nouvelles mesures avaient été mises en œuvre pour résoudre ces problèmes, notamment des centres de consultation cantonaux pour les victimes de discrimination raciale, et a noté des améliorations dans les programmes de formation de la police.

Rapports supplémentaires de Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.