L’organisation algérienne de défense des droits humains dénonce une “répression” avant les élections

Un groupe de défense des droits algériens a dénoncé lundi “l’escalade de la répression” à l’approche des élections législatives du mois prochain, les dernières boycottées par le mouvement de protestation du pays.

En recourant à une répression intense… le régime met en évidence l’échec de la feuille de route politique et son incapacité à trouver une solution à la crise qui afflige le pays”, a déclaré Saeed Salehi, vice-président du groupe de défense des droits LADDH.

Vendredi, 62 personnes ont été arrêtées dans tout le pays, dont neuf manifestants qui ont été condamnés par un tribunal de Skikda, dans le nord-est du pays, à un an de prison.

Le mouvement de protestation algérien Hirak est descendu dans la rue pour la première fois en février 2019 pour s’opposer à la candidature du président de l’époque Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat.

Deux mois plus tard, l’ancien dirigeant a été contraint de démissionner alors que les rassemblements atteignaient des centaines de milliers.

Depuis lors, le mouvement de protestation pacifique s’est en partie concentré sur la persuasion des gens à boycotter les votes nationaux, car il cherche une réforme en profondeur du système politique post-indépendance du pays.

L’élection présidentielle de décembre 2019 – remportée par Abdelmadjid Tebboune, l’ancien Premier ministre de Bouteflika – a été entachée d’une participation si faible que les chiffres officiels la situent à moins de 40 %.

Al-Salihi a déclaré que les élections législatives prévues pour le 12 juin “ont déjà perdu toute crédibilité et légitimité”.

“Ils se déroulent sur la base d’un terrain de jeu politique et médiatique fermé, fermant la sphère publique et étouffant la liberté d’expression”, a-t-il ajouté.

READ  Maroc : une main tendue à l'Algérie, le "point clé" du discours du Trône de cette année (géographe et homme politique français)

Le ministère de l’Intérieur a annoncé le 9 mai que les organisateurs de la manifestation devraient se coordonner avec les autorités avant tout rassemblement prévu.

Depuis, les forces de sécurité ont empêché les manifestations et arrêté de plus en plus.

avec /hj/dwo/hc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *