L’Organisation pour les migrations affirme que 61 migrants se sont noyés dans un « naufrage » au large des côtes libyennes

Le navire a quitté la Libye avec environ 86 personnes à son bord, ont déclaré les survivants à l’Organisation internationale pour les migrations en Libye.

Londres – Une organisation d’immigration a déclaré samedi soir qu’au moins 61 migrants se sont noyés dans un « naufrage » au large des côtes libyennes.

Parmi les morts figurent des femmes et des enfants, selon l’Organisation internationale pour les migrations, un groupe intergouvernemental qui fait partie du réseau des Nations Unies.

Organisation internationale pour les migrations en Libye : « La Méditerranée centrale reste l’une des routes migratoires les plus dangereuses au monde. » Il a dit Sur les réseaux sociaux.

Le navire a quitté Zuwara, en Libye, avec environ 86 personnes à son bord, ont déclaré les survivants du naufrage à l’Organisation internationale pour les migrations en Libye, selon l’organisation. L’Organisation internationale pour les migrations n’a pas précisé quand le navire a appareillé de la ville côtière libyenne ni donné de détails sur la manière dont le naufrage s’est produit.

Plus de 2 250 personnes mourront en Méditerranée centrale en 2023, a déclaré Flavio Di Giacomo, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations, sur les réseaux sociaux.

Il a ajouté : « C’est un nombre élevé qui montre malheureusement que l’on ne fait pas assez pour sauver des vies en mer ». Il a ditÉcrire en italien.

La Méditerranée centrale est l’une des routes migratoires les plus fréquentées de la région, la plupart des bateaux partant d’Afrique du Nord et se dirigeant vers l’Europe, selon Frontex, l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes.

READ  Découvrez la "grenouille en chocolat" dans le marais

Quelque 128 529 personnes sont arrivées en Italie, à Malte ou en Espagne par cette route au cours des neuf premiers mois de 2023, contre 87 503 l’année précédente, selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

« Les mouvements de population dus aux déplacements forcés et aux migrations en Afrique de l’Est, de l’Ouest et centrale devraient se poursuivre en 2024 au même rythme qu’en 2023, voire à un rythme plus élevé », a indiqué l’agence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *