Louisa Hannoun annonce sa candidature aux prochaines élections algériennes |

Alger –

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) Louisa Hanoune a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle algérienne, le 7 septembre, lors d’une conférence de presse au siège de son parti.

La candidature de Hannoon a été une affaire régulière auparavant, d’autant plus qu’il brigue un quatrième mandat. Cependant, cette fois-ci, la candidature de Hunun intervient alors que le président sortant Abdelmadjid Debouneh n’a pas officiellement annoncé son intention de briguer un second mandat. Selon les observateurs, il existe un manque de clarté en ce qui concerne le front intérieur du pouvoir, ce qui pousse certains experts à lier l’annonce initiale de la candidature d’Hannoun à une crise de consensus sur une figure qui représente l’État profond.

Hanoon a souligné l’importance de la participation de son parti aux élections, soulignant son engagement à apporter des solutions politiques substantielles.

« Au PT, nous pensons qu’il est important de participer à l’élection présidentielle du 7 septembre. Cet événement électoral est unique et nous présenterons des solutions politiques concrètes dans le cadre de notre campagne », a-t-il déclaré.

Élaborant sur les motivations du PT, il a déclaré : « Nous avons décidé de participer aux élections pour assurer la continuité et la souveraineté de l’État… Notre campagne ne sera pas une campagne défensive traditionnelle. »

Hannoon a qualifié sa participation aux élections de « victoire pour la démocratie », soulignant que sa campagne électorale était « offensive » plutôt que « défensive ».

Luisa Hannoun a été emprisonnée en mai 2019 pour « complot » contre le gouvernement et l’armée à la suite du début du mouvement populaire.

READ  La France sera une amie fidèle de l'Irlande

En 2021, le tribunal a acquitté Louisa Hanoun, Chet Bouteflika, les anciens directeurs du renseignement, le lieutenant-général Mohamed Median et le général Othman Tardak.

L’Algérie a du mal à désenchanter les électeurs par la politique, notamment avec un taux de participation inférieur à 40 % lors de l’élection présidentielle de 2019.

Qu’ils partent ou restent chez eux, les prochaines élections marqueront le prochain chapitre pour l’Algérie, cinq ans après qu’un mouvement de protestation pacifique à l’échelle nationale ait forcé la démission du président endogène Abdelaziz Bouteflika.

Depuis des semaines, les manifestants sont descendus dans la rue pour exiger une refonte de la politique corrompue du pays, dans laquelle l’armée joue depuis longtemps un rôle important.

Bouteflika a démissionné sous la pression publique et militaire après avoir annoncé son intention de briguer un cinquième mandat.

Debon est arrivé au pouvoir plus tard cette année-là lors d’élections qui ont été boudées par les opposants, affirmant que la tenue du référendum trop tôt aurait contrecarré l’opportunité offerte par l’éviction de Bouteflika.

Le pays est le plus grand d’Afrique en termes de superficie et constitue un partenaire de sécurité majeur pour l’Occident. En tant que membre de l’OPEP, elle finance depuis longtemps ses opérations gouvernementales et ses services sociaux avec les revenus pétroliers et gaziers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *