L’UE dit non reconnaissance des talibans, pas de pourparlers politiques

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’exprime lors d’une conférence de presse à la base aérienne de Torrejon à Torrejon de Ardoz, près de Madrid, en Espagne, le 21 août 2021. REUTERS/Juan Medina

BRUXELLES (Reuters) – La présidente de la Commission de l’Union européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré samedi que l’Union européenne n’avait pas reconnu les talibans et ne tiendrait pas de pourparlers politiques avec les militants une semaine après avoir pris le contrôle de l’Afghanistan.

Les talibans ont achevé dimanche leur rapide prise de contrôle de l’Afghanistan, se dirigeant vers la capitale, Kaboul, sans tirer un seul coup.

Le chef du Comité exécutif de l’Union européenne s’est exprimé après avoir visité un centre d’accueil à Madrid pour les employés afghans des institutions de l’Union européenne qui avaient été évacués de Kaboul.

Von der Leyen a déclaré qu’elle proposerait une augmentation de 57 millions d’euros (67 millions de dollars) de l’aide humanitaire allouée par le HCR cette année à l’Afghanistan.

Elle a déclaré que l’aide au développement fournie par l’Union européenne est liée au respect des droits de l’homme, au bon traitement des minorités et au respect des droits des femmes et des filles.

“Nous pouvons entendre ce que disent les talibans, mais nous le mesurerons avant tout par leurs actions et leurs actions”, a déclaré von der Leyen lors d’une conférence de presse.

Elle a déclaré que le HCR est prêt à fournir des fonds aux pays de l’UE aidant à réinstaller les réfugiés, et qu’elle a l’intention de soulever la question de la réinstallation lors de la réunion du G7 la semaine prochaine.

READ  L'ex-armée péruvienne attise les tensions électorales en appelant les forces armées à "corriger" les élections

Après un pic en 2015 lorsque plus d’un million de migrants sont arrivés dans l’UE, principalement de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak, l’UE a réduit le nombre d’arrivées grâce à un accord avec la Turquie, qui reçoit des fonds de l’UE pour accueillir des demandeurs d’asile sur son territoire .

(Cette histoire corrige l’orthographe de la foudre dans le deuxième paragraphe)

(Reportage de Fu Yun Che, Reportage supplémentaire de Kelly Graham à Madrid ; Montage par Raisa Kasulowski et Giles Elgood

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *