L’UE est de plus en plus nerveuse face au prétendu soutien de l’Algérie à la Russie

Selon la presse française Jean Afrique, 17 membres du Parlement européen demandent une révision de l’accord de l’UE avec l’Algérie sur les relations du pays d’Afrique du Nord avec la Russie. Cela fait suite à des allégations selon lesquelles l’Algérie finance la Russie dans sa tentative d’annexer les terres ukrainiennes.

L’Algérie et la Russie, riches en gaz, entretiennent des relations diplomatiques solides depuis les années 1960, lorsque la Russie a aidé la nation nord-africaine dans sa lutte pour l’indépendance et a reconnu le gouvernement provisoire de la République d’Algérie, 2 ans avant que le pays ne prenne officiellement le pouvoir. Son indépendance.

Cependant, cette relation de longue date a suscité une certaine inquiétude dans les couloirs du Parlement européen concernant le soutien présumé de l’Algérie à la Russie dans l’invasion russe de l’Ukraine.

Dans Un reportage de Jeune Afrique, Certains membres de l’Union européenne ont appelé à une enquête plus approfondie sur les relations entre les deux pays, indique en partie le rapport, « Les eurodéputés ont remis mercredi dernier une lettre à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, demandant une révision de l’accord d’association UE-Algérie, signé en 2002 et en vigueur depuis 2005.

Le groupe de parlementaires est dirigé par Andrius Kubilius, ancien Premier ministre lituanien et chef du Parti populaire européen (PPE, démocrates-chrétiens).

Les signataires viennent de Lituanie, de France, du Danemark, d’Estonie, de Suède, de Bulgarie, de Finlande, de Pologne, de Hongrie et de Slovaquie.

Par la suite, lors de l’Assemblée générale des Nations unies, l’Algérie s’est abstenue de voter sur la suspension de l’adhésion de la Russie au Conseil des droits de l’homme et s’est abstenue de voter sur une résolution sur l’annexion « illégale » par la Russie de quatre régions ukrainiennes.

Selon un rapport de Bloomberg, les liens de l’Algérie avec la Russie semblent se solidifier car ils ont commencé des exercices militaires conjoints. « L’Algérie et la Russie ont commencé leurs premiers exercices militaires conjoints sur le sol algérien au milieu des inquiétudes occidentales concernant l’approfondissement des liens de Moscou avec la nation nord-africaine, un fournisseur d’énergie clé pour l’Europe. » Le rapport lit un peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.