L’Ukraine affirme que la Russie a enlevé le chef adjoint de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya

Kyiv (Reuters) – La société ukrainienne d’énergie nucléaire Energoatum a déclaré mardi que les forces russes avaient enlevé un directeur adjoint de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya occupée par la Russie en Ukraine et le détenaient dans un lieu inconnu.

Dans un message sur l’application de messagerie Telegram, Energoatom a déclaré que le responsable, Valeriy Martynyuk, avait été arrêté lundi. Le ministère russe de la Défense n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Energoatom a appelé le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Grossi, à prendre « toutes les mesures possibles » pour aider à libérer Martiniuk. L’Agence internationale de l’énergie atomique n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Selon le Kremlin, Grossi devait rencontrer mardi le président russe Vladimir Poutine.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

L’incident survient après l’arrestation du chef de la station de l’époque, Ihor Murashov, le 1er octobre. Grossi a annoncé sa libération le 3 octobre, après quoi l’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré que Murashov ne reprendrait pas ses fonctions de chef de station.

La Russie a saisi l’installation, la plus grande centrale nucléaire d’Europe, au début de l’invasion de l’Ukraine, mais les employés ukrainiens la dirigent toujours.

La Russie a annoncé la semaine dernière des plans pour que son peuple prenne le contrôle de l’usine, dans une décision rejetée par le chef d’Energoatom, Petro Kotin. Kotin s’est nommé directeur de la station et a déclaré que les décisions concernant son fonctionnement seraient prises à Kyiv.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

READ  L'un a été tué à Ramat Gan par des frappes de missiles de midi dans le centre d'Israël

(Reportage de Max Hunder et François Murphy); Montage par Mathias Williams

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.