L’Union européenne a surveillé 22 millions de tonnes d’importations de gaz en provenance du Nigeria

Les pays européens prévoient d’augmenter les importations de gaz du Nigéria à 22 millions de tonnes par an, donnant à la nation la plus peuplée d’Afrique une chance de générer des revenus.

Document reçu par Coup de poing Un Global Gas Monitor publié vendredi par DW et intitulé « L’Europe se bouscule pour le gaz africain » montre que l’Afrique est la plaque tournante du gaz à côté des pays européens.

Le Nigeria est le pays qui suscite le plus d’intérêt européen après l’Algérie (29 millions de tonnes).

Outre le Nigeria et l’Algérie, le rapport a identifié huit autres pays africains comme bénéficiaires du programme : la Mauritanie, 10 millions de tonnes ; Mozambique, 19 millions de tonnes ; République démocratique du Congo, 1,2 million de tonnes ; et la Tanzanie, 4 millions de tonnes.

Autres : Cameroun, 6 millions de tonnes ; Guinée équatoriale, 5,2 millions de tonnes ; Angola, 12,2 millions de tonnes, Égypte, 29 millions de tonnes.

L’UE a déclaré cette année que le gaz fossile était un carburant de transition, le qualifiant de « durable ».

Le pétrole est une source de revenus pour de nombreux pays africains, représentant 50 à 80 % des recettes publiques totales dans certains pays.

Les exportations de pétrole et de gaz représentent 80 % des revenus annuels du Nigeria, mais le manque de raffineries opérationnelles signifie que la plupart des minerais sont raffinés à l’étranger.

Coup de poing Lors de la réunion de la COP27 de la semaine dernière en Égypte, on a appris que des pays riches, notamment l’Europe, avaient négocié de nouveaux approvisionnements en gaz avec le Nigeria.

READ  Gerant Thomas a arrêté le défi du Tour de France dans les Alpes

Le nouvel accord intervient à un moment où le pays a déclaré le gaz comme carburant de transition.

Le directeur de Power Shift Africa, un groupe de réflexion basé à Nairobi, Mohamed Adowe, a déclaré aux journalistes lors de la conférence COP27 à Charm el-Cheikh, en Égypte, que l’Europe essaie de faire de l’Afrique sa « station-service » mais ne fournit pas assez d’argent pour renouvelables. Énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.