L’Union européenne et les pays du Moyen-Orient attendent avec impatience la formation au Centre de sécurité de Chypre

Singapour : les volumes du commerce mondial de GNL ont atteint un record l’année dernière mené par l’Asie, bien que la croissance ait été marginale car la demande a été limitée par le coronavirus, selon un rapport de l’Union internationale du gaz (IGU).
Le commerce total de GNL est passé à 356,1 millions de tonnes l’année dernière, en hausse de 1,4 million de tonnes ou environ 0,4% par rapport à 2019, principalement en raison de l’augmentation des exportations des États-Unis et de l’Australie, a indiqué le groupe dans son rapport annuel publié jeudi.
L’Union internationale du gaz a déclaré que cela était inférieur à la croissance de 40,9 millions de tonnes, ou 11,5%, en 2019. Mais elle a déclaré que le GNL était l’une des rares marchandises à avoir connu une augmentation des échanges en 2020.
« Le commerce du GNL en 2020 a été gravement affecté par le coronavirus, alors que les marchés, les villes et les producteurs du monde entier sont aux prises avec des fermetures et de nombreuses autres perturbations », a déclaré la Fédération internationale du GNL, qui compte plus de 160 membres et défend l’utilisation du gaz.
Il a ajouté que l’Australie avait dépassé le Qatar en tant que premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, tandis que les États-Unis et la Russie restaient respectivement les troisième et quatrième plus gros exportateurs.
En 2020, les États-Unis ont exporté 11 millions de tonnes, soit environ 33%, de plus qu’en 2019 en raison de la nouvelle production de Freeport LNG, Cameron LNG et de l’île d’Elbe. L’Union forestière internationale a déclaré que les exportations de Trinité-et-Tobago, de Malaisie, d’Égypte, d’Algérie et de Norvège ont toutefois chuté.
En ce qui concerne les importations, l’Asie a représenté 70 % du volume total avec une croissance tirée principalement par la Chine, l’Inde, Taïwan et la Corée du Sud, le Myanmar étant un nouvel importateur.
“Bien que COVID-19 signifie des restrictions importantes sur certains de ces marchés, il est probable qu’ils aient également profité d’une période de baisse des prix en 2020 et acheté des volumes supplémentaires à court terme, augmentant la capacité de regazéification dans certains cas”, a déclaré l’UGI.
Des fermetures prolongées et une augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique ont réduit les importations nettes vers l’Europe de 4,3 millions de tonnes.
La Fédération forestière internationale a déclaré que COVID-19 a également gravement affecté le développement de la monétisation, les entreprises reportant les décisions d’investissement finales sur les projets jusqu’en 2021 et au-delà en raison du climat économique incertain, les développeurs privilégiant le report des dépenses en capital.
Par exemple, une capacité totale de 87,3 millions de tonnes par an devait être sanctionnée en 2020, mais un seul projet d’une capacité de 3,25 millions de tonnes par an a été approuvé au Mexique.
Les projets de regazéification en Chine et en Inde continueront de soutenir la demande de gaz tandis que les projets en construction au Ghana, au Salvador, à Chypre et au Nicaragua et projetés en ligne au cours des deux prochaines années pourraient voir ces pays effectuer leurs premiers achats de GNL.

READ  Les économistes mettent en garde contre la nécessité de prendre des mesures drastiques pour aider l'économie algérienne à se redresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *