Lutter contre la pseudoscience au milieu de la pandémie de COVID-19

Pendant les vacances scolaires d’hiver, j’ai rendu visite à ma famille en Algérie, mon pays d’origine, pour la première fois depuis le début de la pandémie. J’ai donné deux conférences publiques, l’une sur la culture scientifique dans le monde musulman et l’autre sur la pseudoscience, expliquant comment elle s’est propagée rapidement et largement ces derniers temps et comment nous pouvons travailler pour l’étouffer. Ce qui m’a frappé, c’est le niveau élevé d’hésitation, sinon de suspicion, à la vaccination, et d’informations pseudoscientifiques portées par de nombreuses personnes.

La culture scientifique est la connaissance minimale des faits et des théories scientifiques que nous devons avoir pour comprendre divers aspects du monde d’aujourd’hui, y compris les questions génétiques sur les virus, les vaccins, les antibiotiques et de nombreux autres domaines de la médecine, de la technologie et de l’économie. Par exemple, beaucoup de gens m’ont demandé, ou plutôt mis au défi, si les vaccins à ARN messager (ceux fabriqués par Pfizer et Moderna) pouvaient modifier les gènes des gens, avec des conséquences effrayantes (pourraient-ils vous transformer en crocodile, selon le président brésilien ? ). La réponse est un non catégorique, car l’ARNm ne pénètre pas dans les noyaux des cellules et n’affecte pas leur ADN, mais va plutôt dans les ribosomes et leur demande de fabriquer des protéines qui peuvent bloquer le virus.

En complément de la culture scientifique, il y a une « culture scientifique », qui est l’appréciation et l’adoption de méthodes et d’idées scientifiques et une attitude positive envers la science et la technologie.

Diverses enquêtes menées dans le monde entier indiquent que si la majorité des gens – et plus encore dans le monde musulman – ont des impressions et des égards très positifs envers la science et la technologie, les niveaux de culture scientifique sont restés plutôt faibles. Cela s’est manifesté négativement dans le cas du COVID-19 et du besoin sérieux d’une vaccination généralisée.

READ  Top 10 des pays africains avec le revenu national brut par habitant le plus élevé

Par exemple, un sondage Eurobaromètre publié en 2021 a montré que si la plupart des Européens ont une haute opinion de la science et des scientifiques, il existe un courant sous-jacent de doute et d’hésitation à l’égard de questions telles que les s et le changement climatique, et cela met souvent en corrélation le vaccin avec certaines croyances complotistes. .

D’après mon expérience et mon observation, de nombreuses personnes expriment des réserves, voire des soupçons et des craintes, à la fois sur l’origine du coronavirus et sur les vaccins qui ont été « mystérieusement » produits en des temps records et commercialisés à des milliards de doses, avec d’énormes profits.

Les chercheurs de l’Eurobaromètre ont trouvé une corrélation claire entre une faible culture scientifique, des informations pseudoscientifiques sur les virus, les gènes et les vaccins, et l’acceptation ou le rejet des programmes de vaccination.

Tous les trois ans, la US National Science Foundation enquête sur les connaissances scientifiques du grand public dans divers pays. La dernière enquête, menée en 2018, a inclus le Canada, la Chine, l’UE, Israël, l’Inde, le Japon, la Malaisie, la Russie, la Corée du Sud, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis. L’enquête utilise 10 questions de base, telles que : la Terre tourne-t-elle autour du soleil ou le soleil tourne-t-il autour de la Terre ? Le centre de la Terre est très chaud, vrai ou faux ? Ce sont les gènes du père qui décident si le bébé est un garçon ou une fille, vrai ou faux ? Même si les questions sont plutôt basiques, les réponses correctes à chaque question varient de 16 % à 78 %, avec des moyennes générales dans chaque pays allant de 33 % (Russie) à 72 % (Canada).

READ  Le nouveau groupe de travail examinera les régimes fiscaux du Manitoba dans le but de rendre l'économie plus concurrentielle : la province

Dans le monde musulman, un groupe de travail a été formé en 2017 pour explorer et rendre compte de « La culture de la science dans le monde musulman : passé, présent et futur ». Il comprenait un petit groupe d’experts en sciences, en éducation et en communication, et l’un de ses travaux consistait en une enquête menée en ligne (en anglais, arabe et ourdou) auprès de 3 000 personnes sur la culture scientifique, la compréhension de la nature et des méthodes de la science et les attitudes envers la science parmi le grand public. Les résultats de l’enquête ont confirmé une très grande estime pour la science et la technologie parmi le public, mais les niveaux de culture scientifique étaient aussi bas que les niveaux internationaux mentionnés ci-dessus.

Cette faible culture scientifique est aggravée par les médias sociaux, qui constituent un environnement fertile où les pseudosciences et les croyances complotistes se propagent de manière virale (en fait, comme les virus). Je connais un certain nombre de virologues et biologistes arabes qui ont fait des heures supplémentaires depuis le début de la pandémie pour diffuser des informations correctes sur les réseaux sociaux afin de contrer et de réfuter la désinformation et la désinformation, mais qui désespèrent maintenant de la croissance et de la propagation cancéreuses non seulement de de fausses informations et croyances, mais une résistance acharnée et un comportement anti-scientifique désagréable en ligne.

Je dois ajouter que le monopole des vaccins dans les pays riches et la mauvaise distribution dans le monde ont également eu un effet négatif sur la pandémie. Cela a permis à de nouvelles variantes d’apparaître, le plus souvent dans des pays où les taux de vaccination sont faibles, pour ensuite se propager au reste du monde.

READ  La société égyptienne Juhayna Food Company a déclaré qu'elle n'avait pas reçu d'offre d'Abu Dhabi Holding

Les responsables, les éducateurs, les personnalités des médias et les faiseurs d’opinion doivent tout mettre en œuvre pour éduquer le public, apaiser les craintes des gens et montrer que la pandémie est gérée de manière juste et rationnelle. Des vies et le bien-être des gens sont en jeu, pour les années à venir.

  • Nidhal Guessoum est professeur à l’Université américaine de Sharjah, aux Émirats arabes unis. Twitter: @NidhalGuessoum

Avis de non-responsabilité : les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue d’Arab News

Copyright: Arab News © 2022 Tous droits réservés. Fourni par SyndiGate Media Inc. (Syndigate.info).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *