Macron de France et Hariri du Liban se rencontrent pour discuter de la crise au Liban

Posté sur:

Selon le compte Twitter de Hariri, le Premier ministre libanais Saad al-Hariri a déjeuné mercredi avec le président français Emmanuel Macron pour discuter de la crise au Liban et des difficultés à former un nouveau gouvernement.

“Les présidents Hariri et Macron ont discuté des difficultés internes libanaises qui entravent la formation du gouvernement et des moyens possibles de les surmonter”, a déclaré le post Twitter, ajoutant que les deux ont discuté du dîner de deux heures pour tenter de résoudre la crise. .

Macron a été le fer de lance des efforts internationaux pour sauver un ancien défenseur français de sa crise la plus profonde depuis la guerre civile de 1975-1990. Macron cherche à utiliser l’influence historique de Paris au Liban comme condition préalable à l’adoption d’une carte de la lutte contre les politiciens, à la formation d’un nouveau gouvernement pour éradiquer la corruption et à l’ouverture de milliards de dollars d’aide aux donateurs internationaux, dont le Fonds monétaire international.

Cependant, ces tentatives ont jusqu’à présent échoué.

Soulignant une partie de cette frustration, la présidence française n’a pas inscrit le dîner à l’ordre du jour public de Macron. Les responsables ont refusé de commenter la veille si les deux pourraient même se rencontrer.

Hariri, ancien Premier ministre, a été chargé de former un gouvernement après la démission de Mustafa Adi en septembre. Il a jusqu’à présent eu du mal à unir un cabinet pour partager le pouvoir avec toutes les parties libanaises, y compris le Hezbollah, qui a rejoint l’Iran.

Les responsables français ont déclaré que Paris ne souhaitait pas au départ que Hariri accepte ce rôle car il avait précédemment échoué à mettre en œuvre des réformes. Mais Macron ne s’est pas opposé à la nomination, invoquant un manque de progrès dans la formation d’un gouvernement crédible.

READ  Les entreprises françaises s'engagent à augmenter et à diversifier leurs investissements en Arabie saoudite, déclare le ministre français du Commerce

(REUTERS)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *