Macron ferme l’ENA, dans un effort de diversification de la fonction publique française

M. Macron a entamé un débat national pour comprendre les causes de la révolution et, le 25 avril 2019, il a annoncé pour la première fois que son école à domicile serait éliminée. C’était un geste symbolique fort, mais il a rencontré une opposition et deux ans se sont écoulés sans suite. Il semble qu’ENA sera en vie après tout.

Plus tôt cette année, lors d’une visite à Nantes, le président a annoncé un programme appelé «talent» destiné à faire en sorte que, lorsqu’il s’agit d’écoles d’élite pour des postes de haut niveau dans la fonction publique, «aucun enfant de notre république ne dise du tout que ce n’est pas juste. pour moi. “.”

Parmi les mesures annoncées à l’époque figurait l’attribution de plusieurs places par an à l’école de langue anglaise pour les étudiants issus de milieux pauvres, en particulier les projets misérables en périphérie des grandes villes où se concentrent de nombreux immigrés musulmans. La déclaration de jeudi a indiqué que ce programme se poursuivra au nouvel institut.

M. Macron a fait de la modernisation de l’État français une priorité, appelant à l’élimination de la bureaucratie excessive et à la création d’un service public plus efficace et plus performant. Travail en cours.

Le président a été critiqué pour avoir concentré son énergie à attirer les électeurs de droite du spectre politique dans le but de conjurer un défi de la dirigeante de droite Marine Le Pen. Dans ce contexte, il a semblé important de respecter une décision initialement prise en réponse au mouvement des Yellow Jackets, visant à promouvoir la mobilité sociale et à accroître la diversité dans les postes de direction.

READ  Auckland sort du verrouillage strict du COVID-19 pendant une semaine | Nouvelle-Zélande

“Parmi les problèmes vitaux en France, il y en a un que vous réalisez chaque jour: c’est la division complète entre la base de la société – les travailleurs, les retraités, les chômeurs, les jeunes et les étudiants – et l’élite supposée”, a déclaré François Bayrou. , L’allié politique de Macron, à Radio France Inter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *