Maduro ordonne l’exploitation « immédiate » du pétrole, du gaz et des mines d’Essequibo en Guyane

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a demandé aux entreprises publiques du pays de commencer « immédiatement » à explorer et à exploiter le pétrole, le gaz et les mines dans la région d’Essequibo en Guyane, une zone plus grande que la Grèce et riche en pétrole et en minéraux que couvre le Venezuela.

Cette annonce intervient un jour après que Maduro ait remporté la victoire qu’il recherchait lors d’un référendum du week-end sur l’opportunité de revendiquer ou non la souveraineté sur la région.

Maduro a déclaré qu’il commencerait « immédiatement » à « accorder des licences d’exploitation pour l’exploration, l’exploitation du pétrole, du gaz et des mines dans toute la région d’Essequibo ». Il a également ordonné la création de filiales locales d’entreprises publiques vénézuéliennes, dont le géant pétrolier PDVSA et le conglomérat minier Corporación Venezolana de Guayana.

On ne sait pas clairement comment l’administration Maduro entend mettre en œuvre l’idée d’exercer sa juridiction sur le territoire une fois qu’il sera officiellement déclaré partie du Venezuela par le biais d’une loi que l’Assemblée nationale, contrôlée par le parti au pouvoir, devrait bientôt discuter.

Outre l’annonce concernant l’exploitation des ressources d’Essequibo, Maduro a annoncé mardi la création d’une nouvelle zone d’opérations défensives globales, « zode » en espagnol, pour le secteur contesté, similaire aux commandements militaires spéciaux qui mènent des opérations dans différentes régions. du pays. .

READ  Avis | Ce que personne à la COP28 n’a voulu dire à haute voix : préparez-vous à 1,5 degré

La superficie de 61 600 milles carrés (159 500 km carrés) représente les deux tiers de la superficie de la Guyane. Cependant, le Venezuela a toujours considéré Essequibo comme sa propriété car la région se trouvait à l’intérieur de ses frontières pendant la période coloniale espagnole et il s’est longtemps opposé aux frontières décidées par les arbitres internationaux en 1899, lorsque la Guyane était encore une colonie britannique.

L’engagement du Venezuela à poursuivre ses revendications territoriales a fluctué au fil des années. L’intérêt a de nouveau augmenté en 2015 lorsqu’ExxonMobil a annoncé avoir découvert du pétrole en quantités commerciales au large des côtes d’Essequibo.

La Guyane a dénoncé les actions du Venezuela et le référendum organisé dimanche comme prétexte pour annexer les territoires. Il a fait appel devant la Cour internationale de Justice, la plus haute juridiction de l’ONU, qui a ordonné vendredi au Venezuela de ne prendre aucune mesure pour modifier le statu quo jusqu’à ce que le panel puisse se prononcer sur les revendications concurrentes des deux pays, ce qui pourrait prendre des années.

___ Suivez la couverture par AP de l’Amérique latine et des Caraïbes sur https://apnews.com/hub/latin-america

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *