Manifestations anti-militaires au Myanmar à l’occasion de l’anniversaire du soulèvement de 1988

(Reuters) – Des manifestations contre le gouvernement militaire du Myanmar ont éclaté dimanche pour commémorer la répression sanglante du soulèvement de 1988 contre l’ancienne junte.

Au moins six manifestations distinctes ont été documentées sur les pages Facebook d’opposants à l’armée reprendre Depuis le gouvernement élu il y a six mois, la chef du parti, Aung San Suu Kyi, et plusieurs autres responsables clés ont été arrêtés.

Le coup d’État du 1er février a mis fin à une brève expérience d’une décennie en matière de démocratie dans ce pays d’Asie du Sud-Est de 53 millions d’habitants, anéantissant l’espoir qu’il émergerait de plus d’un demi-siècle de régime militaire.

Le nouveau gouvernement dirigé par Min Aung Hlaing, le plus haut général de l’armée qui a pris ses fonctions de Premier ministre par intérim il y a une semaine, affirme avoir agi dans le cadre de la constitution pour limoger le gouvernement de Suu Kyi après son opposition à une élection remportée par son parti, bien que a déclaré la commission électorale. Le vote était juste.

Plusieurs manifestations dominicales ont fait référence au soulèvement démocratique du “8-8-88” du 8 août 1988, qui a été écrasé par le régime militaire de l’époque. Les opposants à l’armée affirment qu’environ 3 000 personnes ont été tuées au cours de cette campagne.

“L’ancienne dette de 88, nous devons tout obtenir dans ce 21”, ont scandé des manifestants de la ville de Wendwin, dans le district de Mandalay, sur des vidéos Facebook.

D’autres manifestations anti-manifestations dans la ville de Miang comportaient des banderoles indiquant : « luttons ensemble pour la libération du 8.8.88 personnes incomplètes.

READ  Accident de train à Taiwan: un chauffeur de camion exprime son «profond regret» pour la catastrophe | Taïwan

Un porte-parole du gouvernement militaire n’a pas pu être joint dimanche pour commenter les manifestations.

Le soulèvement de 1988 était à l’époque le plus grand défi au régime militaire qui persistait depuis 1962.

Min Aung Hlaing a publié dimanche une déclaration saluant un autre anniversaire – la fondation de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) il y a 54 ans.

Le communiqué ne mentionne pas l’envoyé spécial de l’ASEAN, Ton Myanmar, qui a été nommé par le bloc régional de 10 membres ces derniers jours et qui est chargé de mettre fin aux violences post-coup d’État et de promouvoir les pourparlers entre l’armée et ses opposants.

Cela devrait être le cas, a déclaré samedi Eriwan Yusuf, le nouvel envoyé d’un diplomate du Brunei. Accorder un accès complet Pour toutes les parties lors de sa visite au Myanmar, un voyage n’a pas encore été programmé.

Rapport par le personnel de Reuters. Écrit par Kay Johnson. Montage par Simon Cameron-Moore

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *