Marley Packer a été exclu de la meilleure équipe de l’année qui a dominé l’Angleterre et la France

Avec l’Angleterre et la France représentant 11 des 15 places, il n’est pas surprenant qu’elles dominent l’équipe des XV de World Rugby de l’année. Les deux pays ont souligné leur classe au cours des 12 derniers mois, et tous deux ont éliminé la Nouvelle-Zélande non cuite au cours de leurs campagnes d’automne.

L’Anglais Bobby Klee se classe facilement au 8e rang, auquel cas il brille généralement pour le club et le pays et il est dans une position très destructrice. Sa coéquipière Sarah Bern mène la ligne de front énergique, mais il n’y a pas assez de place pour Linda Djokong, dominée par l’Irlande, qui joue désormais professionnellement en France.

Lauren Sanchez, une française travailleuse, a illuminé la Six Nation avec une course de tireurs d’élite depuis le bas du Light of the Ruck, la mettant à l’écart pour une chemise de demi de mêlée, bien que l’Anglais Lean Infante obtiendrait peut-être une place sur le banc.

Marley Packer était sans aucun doute la plus éliminée de l’équipe, préférant Karen Buckwin du Canada à la reine du travail en Angleterre. Quant à la télépathie sur le terrain de Baker avec Klee, elle aurait été mon premier choix dans OpenSite Flanker. La capitaine de la France Kelle Hermet aurait également eu droit à une place au dernier rang.

Fly-Half Perth revient à Caroline Druine – controversé mais sans surprise – World Rugby ne peut pas sélectionner les meilleurs joueurs de l’équipe professionnelle anglaise. Pour moi, Joe Harrison, qui a priorisé ses compétences en coups de pied longue distance et en gestion sportive cette année, est actuellement le meilleur kicker du sport féminin.

READ  Le fondateur américain a été réduit en esclavage à son père et a cherché l'indépendance en France

L’aile Abby Dove a choisi la ligne de fond en offrant une option d’attaque dangereuse sous l’aile, tandis que la cracker galloise Jasmine Joyce n’a jamais douté après sa majestueuse performance sur les deux indices cette année. L’Italienne Beatrice Rigoni et la Néo-Zélandaise Stacy Fluhr – médaillée d’or aux Jeux olympiques à sept de Tokyo – sont également dignes d’être convoquées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *