Maroc : la page qui vise à accélérer la transition vers une économie verte et durable

Le Partenariat pour l’action pour une économie verte (PAGE) est désormais en cours au Maroc. Les activités du programme ont été lancées récemment, plus d’un an après l’adhésion du Maroc. La page vise à placer la durabilité au centre des politiques et pratiques économiques afin de faire avancer le Programme de développement durable à l’horizon 2030 (ODD). Le Partenariat soutient les pays et les régions dans la refonte des politiques et pratiques économiques autour de la durabilité.

L’objectif ultime est de promouvoir la croissance économique, de créer des revenus et des emplois, et de réduire la pauvreté et les inégalités. A travers son adhésion au PAGE, le Maroc vise à accélérer la transition de son économie vers une croissance plus durable. Le royaume maghrébin est déjà sur la bonne voie, grâce notamment à sa politique en faveur des énergies renouvelables, qui a conduit ces dernières années à la mise en œuvre de plusieurs projets d’énergies renouvelables, notamment le complexe solaire Noor.

Focus sur les énergies renouvelables

Le développement de ce méga projet, qui combine énergie solaire thermodynamique (CSP) et cellules photovoltaïques, s’inscrit dans la stratégie énergétique marocaine, qui vise à porter la part des énergies renouvelables dans le mix électrique national à plus de 52% d’ici 2030. soutiendra son développement industriel en énergie propre. Le Maroc fait également partie du top 5 des pays émergents d’Afrique en 2020 selon la Route 66 notation.

Lire aussi- Maroc : La Banque européenne pour la reconstruction et le développement prête 5 millions d’euros à la BMCE Bank of Africa pour financer l’économie verte

À propos de Stefan Sikars, directeur principal de l’environnement et de l’énergie à l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), La page apporte un soutien intégré au Maroc dans la réalisation du nouveau modèle de développement qui appelle à exploiter pleinement le potentiel de l’économie verte et à anticiper les besoins futurs en compétences dans ce secteur. Parallèlement, le Royaume du Maroc se fait un nom en s’engageant dans une économie circulaire à travers la valorisation des déchets et la gestion de l’eau.

READ  L'inflation en Chine baisse en septembre, mais les prix à la production ont atteint un niveau record : Economic Cover

Outre le Maroc, l’Afrique du Sud, le Sénégal, le Burkina Faso, le Ghana et Maurice ont adopté la page, une initiative de l’ONUDI. Plusieurs autres pays africains attendent la ratification. Il s’agit notamment de l’Algérie, du Cap-Vert, des Comores, de la Côte d’Ivoire, de l’Égypte, de Madagascar, du Niger, des Seychelles, de l’Éthiopie, du Kenya, de l’Ouganda et du Mozambique. Le partenariat est financé à hauteur de 87 millions de dollars par l’Union européenne, l’Allemagne, la Finlande, la Norvège, la Corée du Sud, la Suède, la Suisse et les Émirats arabes unis.

Jean-Marie Taculio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *