Même avec La Niña, 2021 se classe parmi les années les plus chaudes de tous les temps

Malgré la baisse des températures mondiales avec le début des événements successifs de La Niña, 2021 a été classée parmi les sept années les plus chaudes jamais enregistrées, selon une évaluation publiée par l’Organisation météorologique mondiale.

Selon la dernière mise à jour de la température mondiale publié par l’Internationale, on estime que la température mondiale moyenne pour 2021 a atteint 1,11 °C au-dessus des niveaux préindustriels, 2021 devenant la septième année consécutive au cours de laquelle les températures mondiales ont dépassé 1 °C au-dessus des niveaux préindustriels.

Le résultat signifie également que chacune des sept années les plus chaudes jamais enregistrées s’est produite depuis 2015 – 2016, 2019 et 2020 continuant d’être classées comme les plus chaudes.

L’Organisation météorologique mondiale a déclaré que les chiffres récents accentuaient davantage la preuve des effets continus du réchauffement climatique sur les températures et indiquaient que les anomalies de température étaient plus élevées que celles observées lors des événements précédents de La Niña.

Les événements La Niña, qui connaissent des températures de surface océaniques plus froides dans une grande partie de l’océan Pacifique, entraînent généralement une diminution temporaire des températures mondiales moyennes et entraînent des niveaux de précipitations plus élevés dans les régions orientales de l’Australie. Cependant, les effets fournissent un répit temporaire au réchauffement, y compris les extrêmes souvent observés lors des événements El Niño plus chauds.

« Les événements consécutifs de La Niña signifient que le réchauffement en 2021 a été relativement moins prononcé par rapport aux dernières années. Malgré cela, 2021 a été beaucoup plus chaude que les années précédentes touchées par La Niña », a déclaré le professeur Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM.

READ  L'«épargne excédentaire» de la pandémie diminue pour beaucoup

« Le réchauffement climatique à long terme résultant de l’augmentation des gaz à effet de serre est désormais bien supérieur aux fluctuations annuelles des températures mondiales moyennes causées par des facteurs climatiques naturels. »

«L’année 2021 restera dans les mémoires avec des températures record de près de 50 degrés Celsius au Canada, par rapport aux valeurs mentionnées dans le désert chaud d’Algérie, des précipitations exceptionnelles et des inondations meurtrières en Asie et en Europe, ainsi que des sécheresses. dans certaines régions d’Afrique et d’Amérique du Sud », a-t-il ajouté.

Le résultat de l’OMM sur la température a été le point culminant de son analyse de six principaux ensembles de données internationales, qui ont recueilli des millions d’observations météorologiques et marines compilées par des agences telles que la NASA, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et le Met Office’s Hadley Center, au Royaume-Uni. .

Le chercheur scientifique du CSIRO, le Dr Pep Canadel, a déclaré que le classement de 2021 parmi les années les plus chaudes jamais enregistrées malgré l’impact des événements de La Niña était préoccupant – en particulier compte tenu du retour inévitable des conditions plus chaudes d’El Niño dans le futur.

« Il est inhabituel que 2021 soit parmi les années les plus chaudes depuis le début de la révolution industrielle », a déclaré Cannadel.

« Dans le passé, La Nina était une année froide à l’échelle mondiale, une période de répit après le temps plus chaud. Maintenant, La Nina est une année très chaude à l’échelle mondiale. Je m’inquiète de ce que le prochain El Niño surnaturel apportera, lorsque les températures augmenteront dangereusement. » .

Réagissant également à l’annonce de l’OMM, la professeure Martina Doblin du groupe sur le changement climatique de l’Université de technologie de Sydney a déclaré que le résultat de 2021 était une preuve supplémentaire des effets du réchauffement climatique, qui a déjà un effet néfaste sur les écosystèmes marins du monde.

« Notre record de température est maintenant suffisamment long pour que les scientifiques puissent attribuer le réchauffement anthropique à la variance naturelle. Nous savons que le réchauffement ne se produit pas uniformément dans le monde et que certaines personnes peuvent apprécier les températures chaudes de l’eau de mer où elles vont nager et surfer », a-t-il déclaré. dit Dublin.

« Cependant, l’augmentation record des températures endommage déjà les écosystèmes marins, avec des effets bien documentés du blanchissement des coraux et une perte massive de biodiversité pendant les vagues de chaleur marines. »

« La façon dont les organismes réagiront aux changements les plus fréquents, extrêmes et imprévisibles de leur environnement reste inconnue, et a été identifiée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat comme une nécessité urgente si nous voulons gérer ses conséquences pour la société humaine », a ajouté Doblin.

L’Organisation météorologique mondiale a souligné l’importance de tenir compte des tendances à plus long terme des températures mondiales. Chaque décennie depuis les années 1980 a vu une augmentation croissante des températures moyennes, et cette tendance devrait se poursuivre dans les décennies à venir.

Les chiffres de la température ont en outre souligné la nécessité urgente pour les gouvernements de prendre des mesures plus énergiques pour réduire les émissions, a déclaré John Cwiggin, professeur d’économie à l’Université du Queensland, qui a précédemment siégé au conseil d’administration de la Climate Change Authority.

« Les fluctuations de température associées à l’oscillation australe – El Niño et La Nina – et d’autres cycles à court terme ne peuvent masquer la tendance impitoyable à la hausse des températures mondiales », a déclaré Koijn.

« Cette année La Nina a été beaucoup plus chaude que les années El Niño il y a à peine dix ans. Malgré la nécessité d’une action urgente, le gouvernement australien reste déterminé à faire le moins possible pour réduire les émissions en Australie, rien qui limitera nos exportations de charbon. et du gaz. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.