Middle East Monitor – 23500 Algériens se disputent 407 sièges parlementaires

La Commission électorale nationale indépendante (NIE) en Algérie a annoncé que plus de 23 500 candidats se présenteront aux élections législatives du 12 juin.

Après l’expiration du délai légal pour les candidatures hier matin, le président de l’ANIE, Mohamed Sharpie, a déclaré lors d’une conférence de presse que le nombre total de listes électorales avait atteint 2292, dont 1179 appartenaient à des partis politiques, tandis que les 1133 listes restantes étaient enregistrées en tant que candidats indépendants. le nombre total de candidats à 23 540.

Sharpie a déclaré que 19 partis ont satisfait aux exigences pour participer à l’élection.

Le responsable a démenti la présence d’observateurs étrangers lors des prochaines élections: “J’ai rencontré des ambassadeurs étrangers lors de la dernière élection présidentielle et leur ai demandé si les étrangers accepteraient de surveiller leurs élections.”

“Nous vivons dans un pays souverain. Quant aux gens qui parlent d’attirer un public étranger, ils doivent faire ce travail eux-mêmes, s’assurer qu’ils sont dans les bureaux de vote et protéger leurs droits.”

Les candidats se disputent 407 sièges à l’Assemblée nationale.

L’Algérie se rend aux urnes en juin: est-ce une victoire pour le mouvement Hirak?

Chacun des 58 gouverneurs d’Algérie est considéré comme une circonscription électorale à sièges multiples selon sa même densité de population, avec un siège parlementaire de 120 000 pour chaque attribution.

Le président algérien Abdelmadjit Deboun a publié un ordre de dissolution de l’Assemblée populaire nationale début mars et a appelé à des élections anticipées à l’Assemblée.

Les prochaines élections se tiendront selon les nouvelles règles électorales suite à la modification de la loi électorale, car tous les députés qui ont occupé deux sièges parlementaires ne seront pas autorisés à se présenter pour un troisième mandat.

READ  La France est en état d'alerte pour une réouverture mi-mai

En outre, les électeurs seront autorisés à choisir leurs candidats préférés sur la liste électorale.

À l’exception du Front des forces socialistes (FFS), du Parti travailliste et du Rassemblement pour la culture et la démocratie, plus de 50 partis ont annoncé leur participation aux élections à l’Assemblée de juin, assez pour dire qu’ils n’avaient pas les conditions favorables dont ils avaient besoin. aux élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *